• Accueil
  • > Archives pour novembre 2008

Archive mensuelle de novembre 2008

Page 2 sur 2

La fréquence de la ligne 81 améliorée

Depuis le 24 novembre, la fréquence des bus de la ligne 81 est améliorée. Il y a dorénavant un bus toutes les quatre minutes aux heures de pointe et la ligne fonctionne désormais en soirée et les jours fériés. Pour fêter l’évènement, un bus  à plate forme des années 50 a effectué un service en début de soirée

Ligne 81
Album : Ligne 81
Augmentation des fréquences et service en soirée et jours fériés depuis le 24 novembre photos Jean-Louis Dieci
3 images
Voir l'album

img1579.jpg

Menaces sur les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED)

Jeudi 20 novembre dernier, près de 200 000 personnes, dont près de 40 000 à Paris, ont fait grève et manifesté. Cette mobilisation massive pour l’Education Nationale avait comme objectif de dénoncer les mesures imposées sans aucun dialogue social sur le SMA, les EPEP, les IUFM d’exiger un autre budget qui permette de faire face à la hausse des effectifs, de demander le maintien des RASED, de dénoncer les attaques portées à l’école maternelle. Ce message, transmis par toute une profession et au-delà, est massif, net et déterminé.

Créés en 1990, les R.A.S.E.D, Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté, permettent à tout élève, quelle que soit son école maternelle et élémentaire, de bénéficier d’une aide adaptée.
Le RASED recherche avec l’équipe enseignante et les familles, les réponses et les aides différenciées les plus adaptées d’ordre pédagogique, rééducatif, psychologique. Ce réseau est constitué de 3 spécialités : un psychologue scolaire et deux enseignants spécialisés : le rééducateur, ou maître G, et le maître E.
Ces actions au plus près des réalités de l’école, nourries par la formation et l’expérience d’un personnel de terrain, concernent chaque année plusieurs centaines de milliers d’élèves et leur permettent de retrouver les voies de la réussite.

Aujourd’hui, les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté sont menacés :
- dans leurs moyens, par une diminution inquiétante du nombre de postes spécialisés,
- dans leur renouvellement, par l’insuffisance de départs en formation de spécialisation,

- dans leur fonctionnement, puisque de nombreux RASED sont incomplets et ne peuvent pas proposer aux élèves les aides spécialisées nécessaires.
- par la confusion entre les aides spécialisées du RASED et l’aide personnalisée apportée par les enseignants des classes à l’occasion de la suppression des cours le samedi matin.

En effet, au détour d’un paragraphe du projet de budget 2009, on apprend la suppression à la rentrée prochaine, de plus d’un quart des postes dévolus à la prévention et la remédiation des difficultés scolaires, les personnels étant « réaffectés ».

Cette suppression entraînera inévitablement une dégradation de la prévention et du traitement de la difficulté scolaire à l’école.

Alors même que le Ministre de l’Education Nationale prétend faire de la lutte contre l’échec scolaire une priorité, cette décision, prise en dehors de toute concertation, est pour le moins paradoxale.

Accueil des sans-abris en urgence

Le décès d’un sans abri découvert samedi dans le bois de Vincennes rappelle tragiquement la situation dramatique de ces personnes, au nombre d’une centaine, qui vivent dans des habitats précaires implantés dans ce lieu.

La personne décédée était bien connue des associations qui interviennent régulièrement sur ce site et avait refusé plusieurs propositions de prise en charge, ce qui est souvent le cas des sans abri vivant sur place.

Afin de renforcer le travail de l’unité d’assistance aux sans abri de la Ville de Paris qui passe tous les jours dans le bois, du Samu social et des associations qui interviennent ponctuellement, la Ville a décidé la mise en oeuvre, avec l’Etat, d’une mission spécifique « Bois de Vincennes », portée par Emmaüs. Elle aura pour objectif d’aller au contact des personnes installées dans le bois, de s’assurer de leur accès aux droits élémentaires (RMI, CMU…) et de les convaincre d’accepter un hébergement. Composée de travailleurs sociaux, d’une équipe de bénévoles et de plusieurs compagnons d’Emmaüs, cette mission cofinancée par la Ville et l’Etat sera opérationnelle dès les prochains jours.

Dans l’immédiat, la Ville a renforcé, dès vendredi, l’intervention de l’unité municipale d’aide aux sans abri, en lien avec le Samu médical, seul habilité à prendre d’office les mesures de protection nécessaires si un risque vital est constaté. Un gymnase a été ouvert dans le 14ème où 74 personnes ont été hébergées la nuit dernière (pour une capacité de 100). Un second gymnase sera mobilisé aujourd’hui dans le 12ème et, le cas échéant, d’autres seront ouverts dans les prochains jours en cas de besoin.

La Ville de Paris réaffirme la nécessité d’une programmation par l’Etat, dont c’est la compétence, de 5000 places nouvelles en Ile de France pour répondre à la crise de l’hébergement. Paris qui concentre déjà plus de la majorité des capacités régionales s’est engagée à créer 2000 places de maisons relais et d’hébergement, en plus des 1000 financées sous la précédente mandature. Dès cet hiver, à l’initiative de la Ville, 3 nouveaux centres d’hébergement vont ouvrir dans les 5ème (rue Vauquelin) et 15ème arrondissements (rue de Javel, rue Gutemberg).

La Ville souhaite que soient développés des petits centres d’hébergement adaptés à des personnes ayant de graves troubles psychologiques et qui refusent les structures d’hébergement traditionnelles. L’accord de l’Etat est attendu pour permettre le lancement d’un appel à projet portant sur 250 places. La Mairie demande également que l’Etat participe au renforcement de 2 nouvelles équipes de maraudes associatives. Il devient d’ailleurs impératif que les départements franciliens comme les Hauts de Seine et les Yvelines, acceptent enfin de développer de telles structures.

Grève du 20 novembre 2008

En application de la loi sur le droit d’accueil, le rectorat a transmis hier soir à la Ville de Paris la liste des écoles concernées par le préavis de grève du 20 novembre. Il en ressort que :

  • 65% des enseignants se sont déclarés grévistes,
  • 549 écoles (83 % des écoles parisiennes) comprendront plus de 25 %

d’enseignants grévistes, seuil au-delà duquel le SMA s’applique,

  • 208 écoles auront 100% de grévistes,
  • dans plus de 330 écoles, les directeurs et directrices seront eux-mêmes grévistes, rendant impossible l’accès aux cahiers d’appel et aux fiches personnelles des élèves.

Il s’agit donc d’un mouvement d’une ampleur très supérieure à celui du 16 octobre où le SMA ne devait être mis en place que dans 340 écoles.

Ces prévisions impliqueraient d’organiser, en 48 heures, l’accueil de  87 300enfants et, pour ce faire, de mobiliser 6 365 encadrants qualifiés et formés (1 encadrant pour 15 élèves et 1 responsable par école) connaissant le fonctionnement des établissements scolaires et l’ensemble des consignes de sécurité en cas d’accident ou d’évacuation.

Cet objectif est d’autant plus irréalisable que 3 organisations syndicales parisiennes représentant les personnels d’animation de la Ville susceptibles d’être mobilisés pour assurer le service minimum d’accueil dans les écoles, ont eux aussi déposé des préavis de grève pour cette même journée du 20 novembre.

Rappelons que le 16 octobre dernier, la Ville n’était parvenue à mobiliser, au terme d’importants efforts, que 1230 animateurs, sans toutefois parvenir à accueillir les enfants dans des conditions satisfaisantes.

La Ville de Paris rappelle qu’elle place au dessus de toute autre considération la sécurité des enfants, objectif qui ne saurait tolérer la moindre concession. Dans ces conditions, elle ne peut que constater  l’impossibilité pour elle d’organiser le SMA dans les conditions requises le 20 novembre, et invite les parents d’élèves à ne pas envoyer leurs enfants à l’école.

Il n’est pas davantage envisageable, contrairement à ce que propose le Groupe UMPPA du Conseil de Paris, de déléguer aux maires d’arrondissement l’application du SMA.

Cette possibilité introduite dans la loi par un amendement déposé précisément par des parlementaires UMP de Paris est parfaitement inopérante : en effet, ni les mairies d’arrondissement, ni les caisses des écoles ne disposent de personnels formés et qualifiés, en mesure de s’occuper d’enfants en toute sécurité pendant 6 à 8 heures consécutives. L’idée également évoquée par certains de recourir à des personnes volontaires, extérieures aux services de l’Etat ou de la Municipalité, ni formées ni qualifiées, apparaît tout aussi irresponsable.

La décision de la Ville de Paris découle exclusivement du bilan tiré des expériences précédentes qui ont démontré l’impossibilité pratique de mettre en œuvre cette loi dans des conditions de sécurité maîtrisées. Ce constat est d’ailleurs partagé par un très grand nombre de communes, comme l’atteste la position récemment prise par l’association des maires des grandes villes de France (AMGVF) qui, dans un courrier adressé à Xavier Darcos le 30 octobre dernier, indiquait qu’elle avait fait « le constat de difficultés majeures d’application dans la quasi-totalité des villes, et l’importance des réserves émises pose clairement la question de l’applicabilité de la loi, en l’état ».

Force est de constater qu’à ce jour, le Ministre de l’Education n’a donné en réponse aucune indication opérationnelle, censée éclairer les collectivités concernées.

Réunion de concertation sur l’aménagement de la Place de Clichy

Téléchargez le document présenté lors de la réunion de concertation et donnez votre avis ici
La place de Clichy aujourd'hui La place de Clichy après le réaménagement

Cette réunion a été présidée par Annick Lepetit, députée de la 17e circonscription, adjointe au Maire de Paris chargée des déplacements, des transports et de l’espace public

Mardi 18 novembre à 19h00

Lycée Jules Ferry
77, boulevard de Clichy 75009

 

sur le thème de « Quel avenir pour la place de Clichy »

en présence des 4 maires d’arrondissement concernés

  • François Lebel, Maire du 8e
  • Jacques Bravo, Maire du 9e
  • Brigitte Kuster, Maire du 17e
  • Daniel Vaillant, Maire du 18e

Réunion de concertation sur l'aménagement de la Place de Clichy dans Mandat d'élu pdf Invitation à la réunion de concertation sur la Place de Clichy

Une vidéo réalisée par des parents d’élèves pour des parents d’élèves

http://www.dailymotion.com/video/k3xT0GRHPfXuIzPuJ4

http://defense-ecolerepublique.over-blog.com/

La victoire de Barack Obama

On n’y croyait plus, et pourtant, les Américains nous ont prouvé hier soir qu’ils sont capables  d’être un grand peuple et d’être un symbole fort pour les autres nations. Oui, l’Amérique a changé hier soir. Oui, les Américains peuvent être fiers de ce qu’ils ont accompli en tant que nation. Un pas immense a été franchi, plus grand que marcher sur la lune.

Maintenant, le plus dur reste à venir pour Barack Obama. Les défis qu’il a relevés sont immenses.

Tant au niveau intérieur, avec la crise qui sévit et touche durement les populations les plus fragiles, quelle que soit leur couleur de peau. Le nouveau président aura la lourde tâche de mettre en oeuvre son programme prévoyant une réforme fiscale ambitieuse et l’instauration d’un système de couverture maladie, véritable petite révolution aux Etats-Unis…

Et puis, le monde entier attend du nouveau président une impulsion forte pour changer les rapports internationaux, instaurer une gouvernance économique mondiale, et prendre en compte enfin le réchauffement climatique.

Les attentes sont grandes, je veux croire qu’il saura les entendre. En tous les cas, il y a encore de l’espoir si ce grand pays est capable de se dépasser ! Tout est encore possible…

12



Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA