Mineurs étrangers isolés : Paris s’engage

Conséquence directe de la fermeture du centre de Sangatte, entre 200 et 300 personnes, pour l’essentiel d’origine afghane, sont régulièrement présentes aux alentours des gares du Nord et de l’Est, du jardin Villemin et du square Alban-Satragne (10e). Ces personnes, souvent en transit, ont fui leur pays pour échapper à la guerre et à l’extrême pauvreté.
Des dizaines de mineurs sont parmi eux. Particulièrement vulnérables aux dangers de la rue ou des réseaux, ils nécessitent une protection adaptée.

Le dispositif mis en place par l’Etat, qui pilote et finance depuis 2003 une coordination d’associations exerçant des missions de maraude, de premier accueil et de mise à l’abri des mineurs étrangers isolés en errance (2,7 millions d’euros), est aujourd’hui sous-calibré, notamment en terme de capacités d’hébergement (environ 70 places).

Myriam El Khomri, adjointe chargée de la protection de l’enfance et de la prévention spécialisée, a effectué des maraudes de nuit aux côtés des associations ; elle demande à l’Etat, compétent en matière d’urgence sociale et de politique migratoire, une consolidation du dispositif et un engagement sur le long terme.

Paris prend en charge, au titre de l’Aide sociale à l’enfance, plus de 700 mineurs étrangers isolés (plus de 30 nationalités d’origine). Ces jeunes, qui ont souhaité rester sur le territoire français, bénéficient d’une insertion sociale, professionnelle et d’un accompagnement vers l’autonomie qui peut aller jusqu’à leurs 21 ans (30 millions d’euros par an). Pour répondre de façon adaptée à leurs besoins, la Ville a créé en 2003 une cellule d’accueil et d’orientation composée de travailleurs sociaux et d’un psychologue.

Pour répondre à la situation d’urgence, la Ville de Paris ouvre avec l’association France Terre d’Asile 20 places supplémentaires d’hébergement pour les mineurs étrangers isolés, pour assurer :

  • une mise à l’abri systématique des jeunes repérés,
  • un accompagnement social,

et préparer une admission à l’aide sociale à l’enfance pour ceux qui le souhaitent.La Ville étudie la création d’un centre d’accueil de transition adapté aux problématiques particulières des jeunes exilés. L’objectif est de proposer un hébergement, une évaluation éducative, sociale et juridique de leur situation, une aide à l’orientation et à la définition d’un projet, un soutien psychologique.

Le maire de Paris souhaite la création d’une plateforme régionale d’accueil et d’orientation des mineurs étrangers isolés, pilotée par l’Etat, qui tienne compte de l’ampleur du phénomène en Ile de France.

0 Réponses à “Mineurs étrangers isolés : Paris s’engage”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA