L’avenir du collège Boris Vian nous concerne tous

Jeudi 5 février, à la demande des enseignants, de l’ensemble de la communauté scolaire et suite à notre voeu en conseil d’arrondissement, le rectorat a organisé une réunion de concertation avec l’ensemble des acteurs du collège, mais également du quartier.

Il y avait là les enseignants, la principale du collège, les parents d’élèves, des travailleurs sociaux de TVAS 17, l’antenne Jeunes, le cabinet de Pascal Cherki, adjoint au Maire de Paris en charge de la vie scolaire et de la réussite éducative, moi-même, deux élus de droite, des inspecteurs de l’académie, des représentants du commissaire de police…

Le cabinet de Pascal Cherki a annoncé pour sa part apporter tout son soutien au collège : amélioration de l’éclairage, travaux divers, aides aux voyages scolaires et à différents programmes éducatifs, modification de la sectorisation pour permettre une meilleure mixité.

De son côté, le rectorat s’est peu engagé sur ce qu’il était prêt à mettre en oeuvre : possible ouverture d’un poste de médiateur et propositions de formations pédagogiques pour les enseignants, certes, mais aucun signe d’efforts concernant la demande des enseignants d’avoir une dotation  horaire plus importante pour faire face aux difficultés scolaires de certains élèves de sixième en dédoublant les classes de français. Cette dotation horaire sera à nouveau discutée lors du CDEN de jeudi prochain. Par ailleurs, il a été demandé au rectorat d’être attentif à ne pas accorder trop de dérogations pour partir du collège, et accentuer encore le défaut de mixité sociale. Enfin, la communauté scolaire a demandé que l’établissement puisse être classé en Réseau Ambition réussite pour bénéficier des moyens qui y sont alloués. Le rectorat ne s’est pas engagé sur ce point non plus.

Les représentants du commissaire n’ont, quant à eux, fait aucune proposition pour renforcer les mesures de prévention, les estimant visiblement suffisantes alors même qu’ils mentionnaient lors d’une précédente réunion qu’il y avait eu une baisse de 30% de leurs effectifs. Ils considèrent comme Monsieur Divry que le quartier est relativement calme, et disent recevoir peu d’appels signalant des incidents.

Il est pourtant évident que la situation du collège et du quartier nécessite un effort collectif pour aider les élèves en difficulté ou en rupture de scolarité, mais également leurs familles. C’est un travail collectif en réseau qui doit être mis en place entre le collège, les équipes pédagogiques, le rectorat, la ville de Paris, les parents d’élèves, les élus, l’antenne Jeunes, les travailleurs sociaux, les associations et les îlotiers de la police. Il y a un réel besoin de renforcer le lien social sur le secteur.

L’intérêt de cette réunion a été de mettre en présence les différents acteurs, de leur permettre d’échanger leurs expériences, leurs connaissances et leur savoir-faire, et de nous faire comprendre à tous la nécessité d’agir collectivement pour apaiser les tensions, renforcer les liens, aider les familles et les enfants. Je crois indispensable que d’autres réunions et un suivi de la situation soient organisés et qu’un travail de fond sur le long terme soit mené sur le quartier. Les habitants le méritent bien. Ce quartier a des atouts, il faut aider à les révéler.

0 Réponses à “L’avenir du collège Boris Vian nous concerne tous”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA