Refusons de brader la politique de la ville

Au plan national, la Politique de la Ville est entrée dans une période décisive avec l’échéance, fin 2009, des Contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) et la révision annoncée de la géographie prioritaire, notamment des Zones urbaines sensibles (ZUS), avant fin juin.

Après la publication du Livre vert fin mars et la nomination de deux parlementaires en mission début avril, un Comité interministériel des Villes devrait se réunir avant l’été pour arrêter les décisions du gouvernement en la matière.

A Paris, 14 quartiers populaires dont le secteur Pouchet-Epinettes, où vivent 300 000 parisiens parmi les plus modestes, bénéficient de projets engagés au titre de la Politique de la Ville et de moyens financiers renforcés en conséquence, de la part de la Ville comme de l’Etat.

Or, les dynamiques à l’œuvre dans ces quartiers apparaissent aujourd’hui menacées par l’objectif de resserrement de la géographie prioritaire affiché par le gouvernement qui en appelle de plus en plus au droit commun.

Si nos quartiers ont progressé, si les dynamiques de développement social sont bien réelles, nous ne sommes pas au bout du chemin. Les indicateurs économiques et sociaux demeurent préoccupants. Le moment n’est pas venu de relâcher l’effort. Au contraire, la crise économique et sociale qui s’abat sur le pays impose de renforcer les solidarités dans les quartiers populaires les plus fortement exposés aux difficultés.

La demande des élus parisiens est donc de poursuivre, avec le soutien de l’Etat, les projets sociaux et urbains engagés dans les 8 arrondissements Politique de la Ville de la capitale.

Ils rappellent en outre qu’un travail d’évaluation des actions et de redéfinition de la géographie parisienne a été mené, il y a seulement trois ans, pour la signature du CUCS 2007-2009, avec une réduction du nombre d’habitants concernés de 350 000 à 300 000.

Le Conseil de Paris a donc émis le vœu que le Maire de Paris demande à l’Etat :

  • de poursuivre son investissement les projets engagés au titre de la Politique de la Ville ;
  • de reconduire le CUCS en cours dans les 14 quartiers parisiens ;
  • de ne pas restreindre à nouveau la géographie prioritaire parisienne ;

 

Lire le communiqué du Maire de Paris à ce sujet

0 Réponses à “Refusons de brader la politique de la ville”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA