• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

Archive mensuelle de septembre 2009

Page 2 sur 2

Au sujet du Grand Paris

Communiqué de Pierre MANSAT et Anne HIDALGO

Le secrétaire d’Etat chargé du développement de la Région Capitale estime que le projet de loi sur le Grand Paris a été élaboré à partir « d’une très longue concertation ».

Cette déclaration ne correspond pas à la réalité.

Le calendrier de cette soi-disant concertation démontre bien que le gouvernement n’a pas souhaité se donner les moyens d’un véritable échange. Alors que le projet concerne toutes les collectivités territoriales d’Île-de-France et qu’il crée un régime d’exception sans équivalent dans les autres régions françaises, seule une dizaine de collectivités ont reçu, début septembre, le projet de loi. Sans attendre, Christian Blanc a transmis le texte au Conseil d’Etat. Il doit être discuté dès le conseil des ministres du 7 octobre.

Le maintien d’un tel calendrier n’est pas compatible avec le rythme d’une vraie consultation.

En réalité, ce que Christian Blanc appelle une « concertation » se résume à des entretiens d’une heure et demie, au cours desquels le secrétaire d’Etat indique qu’il n’a pas l’intention de faire évoluer son texte, ce qu’il a d’ailleurs confirmé dans ses déclarations d’aujourd’hui. De plus, la lecture de ce texte ne permet pas de se prononcer, les décisions majeures pour les citoyens d’Ile-de-France – tracé du réseau, nombre de stations… – étant renvoyées à des décrets.

Un vrai débat démocratique est indispensable. Le Bureau de Paris Métropole composé de 29 élus, de droite et de gauche, a réclamé un co-pilotage avec les élus représentant l’ensemble du territoire, et une vraie participation des citoyens.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë a demandé hier au Premier Ministre de reprendre entièrement le projet de loi pour faire émerger un projet partagé.

Inauguration du Rififi 2009 hier soir jeudi

img03931.jpgimg03961.jpgimg0392.jpgimg0395.jpgimg0397.jpgimg0398.jpgimg0394.jpgimg0389.jpg

Hier soir, à l’inauguration du Rififi aux Batignolles au théâtre de la Jonquière, avec la Présidente du Rififi, Agnès Pannier, Nono le Clown, altesse du Royaume du square des Batignolles, Annick Lepetit, Muriel Guenoux, Julien Boucher et bien d’autres, artistes, associatifs, habitants… Un moment convivial et festif comme toujours… Vivement ce soir pour les premiers spectacles…

Les riverains de la place Tarbé recherchent fleuriste désespérement…

A la demande de riverains et des commerçants, Muriel Guenoux, conseillère d’arrondissement PRG et représentant l’opposition au conseil de quartier Levis-Legndre, et moi-même, nous sommes rendues place Tarbé hier en fin d’après-midi pour constater la fin des travaux de voirie de la place, et envisager les quelques améliorations qui pourraient encore y être apportées (marquage au sol pour la circulation, ralentisseurs…).

fleuriste pour place Tarbé

A cette occasion, les riverains ont fait part de leur souhait de voir un fleuriste s’installer au 72 de la place dans la boutique à louer. Il ne fait aucun doute que ce local sera idéal pour accueillir verdures et couleurs…

 

 

 

 

 

 

Votation citoyenne le 3 octobre pour le service public postal

Je soutiens l’appel contre la privatisation de La Poste, pour l’ouverture d’un débat public et pour un référendum :
afficheref3oct.jpg

Votation citoyenne le 3 octobre pour le service public postal dans Mandat d'élu pdf La profession de foi

Pour signer la pétition : http://www.appelpourlaposte.fr/

L’école publique, victime d’un serial killer

Depuis 2002, la droite s’acharne sur les acteurs de l’école publique et tente d’instaurer le règne de la marchandisation et de la ségrégation scolaires

Avec la disparition programmée de 140 000 postes entre 2002 et 2012, des réseaux spécialisés RASED s’occupant des élèves en difficulté, des auxiliaires de vie scolaire pour les enfants handicapés, la fermeture de classes et l’augmentation du nombre d’élèves par classe, la diminution des heures de cours, l’aménagement scandaleux et mensonger de la carte scolaire, l’enterrement des IUFM et la formation bradée des futurs enseignants, la droite affiche ses ambitions.
L’école républicaine, émancipatrice et vecteur d’égalité et de mixité sociale, est méprisée et sert de variable d’ajustement budgétaire. L’école privée, quant à elle, voit ses ressources publiques et le nombre de ses classes augmenter. Une éducation à la carte se met en place.

Or l’avenir d’une société se joue sur la qualité de l’enseignement et l’excellence de l’instruction qu’elle donne à l’ensemble de ses membres.

L’école doit donner à nos enfants les connaissances nécessaires pour appréhender le monde et lui porter un regard critique. Elle doit aussi lui permettre de découvrir et exploiter son intelligence spécifique et ses dons. Laïque, elle doit permettre à l’enfant de sortir de ses déterminismes sociaux et culturels et d’acquérir sa liberté de conscience et de choix.

Si l’école a besoin de moyens humains et financiers importants et surtout mieux répartis, ceux-ci doivent aussi être inscrits dans une logique de revalorisation de l’instruction et des règles. Il faut certes des enseignants plus aguerris et mieux rémunérés et des classes allégées dans les quartiers en difficulté, un système de soutien scolaire et psychologique gratuit pour les élèves en décrochage, mais il faut également des programmes de qualité qui ouvrent les champs du possible aux élèves. L’école n’est pas là pour pallier les convulsions de la société mais pour offrir aux générations qui s’y succèdent les moyens de la connaissance et les clefs de leur avenir. Nous devons donc refuser de laisser l’école publique vaciller sous les coups assassins de la droite, et devons impérativement nous organiser et nous mobiliser efficacement pour la défendre, la repenser et la promouvoir.

tractrentrescolaire2009.jpg

Inauguration du mail Brechet

vendredi 11 septembre à 18 h 30

sur le mail planté, au croisement des rues

Francis Garnier, André Bréchet et Frédéric Brunet

invitation.jpg

Retour sur les conseils de fin juin-début juillet

Comme à chaque fois, je fais ici un retour sur les derniers conseils d’arrondissement et de Paris de juillet dernier. J’ai préféré attendre la rentrée car je me suis doutée que beaucoup profiteraient de l’été pour ralentir le rythme et prendre des vacances. J’en ai moi-même honteusement profité et sans aucun scrupule…

Pour ne pas changer, la droite du 17e a rejeté tous nos vœux, fussent-ils aussi consensuels que de demander à ce que l’ordre du jour du conseil soit mis à disposition du public ou que les élus d’opposition puissent avoir en temps et en heure les invitations à toutes les réunions intéressant l’arrondissement et ses habitants, ayant constaté de nombreux délais et oublis fortuits de la majorité municipale…

Naturellement, ils ont également rejeté notre vœu contre la généralisation du travail le dimanche, suivant aveuglément le gouvernement en la matière, et ce au détriment du petit commerce. A ce propos, je vous recommande mon article de juillet sur ce sujet.

Mobilisation pour les collèges de l’arrondissement

Plus curieusement, ils ont rejeté notre vœu (Retour sur les conseils de fin juin-début juillet dans Mandat d'élu pdf voeuexcellencecollges17e.pdf) demandant au rectorat d’envisager le développement de classes internationales dans les collèges du 17e et l’organisation d’une table ronde avec toute la communauté scolaire concernée, représentants de la Ville de Paris, des équipes de direction, des parents d’élèves et enseignants pour en débattre. Ceci a été d’autant plus étonnant que ce voeu essayait de concilier à la fois la nécessité pour le collège Balzac de rester un collège de proximité, la demande de nombreux parents d’élèves du collège Balzac pour obtenir l’ouverture de classes internationales nouvelles, et les besoins de développer un projet d’établissement pour un collège comme Boris Vian. Ce vœu faisait suite aux discussions que nous avions eues avec les associations de parents d’élèves, et ce, en présence d’un élu de la droite de 17e. Celui-ci s’est ensuite prononcé contre ce vœu en conseil d’arrondissement prétextant qu’il n’était pas assez précis et ne demandait pas expressément des ouvertures pour le collège Boris Vian, puis prétextant ensuite en conseil de Paris qu’il voterait contre le vœu parce qu’en réalité l’équipe pédagogique du collège Boris Vian lui aurait affirmé qu’ils préféreraient l’ouverture d’une classe Sport Etudes et ne voulaient pas de classes internationales, ce que les parents d’élèves présents à la réunion ont démenti. Tout ceci est déplorable et ne contribue en rien à défendre l’intérêt général des élèves. Et, au vu de l’attitude de la droite du 17e, il est peu probable que le rectorat lance une concertation sur le sujet, d’autant que ces projets nécessitent bien évidemment l’ouverture de postes, alors qu’il ne rêve que d’en supprimer…
Il faut savoir également que l’adjointe aux affaires scolaires du 17e ne s’est pas rendue à la réunion organisée par la Ville avec les principaux de collège pour discuter de la révision de la sectorisation des collèges. Malgré le consensus des associations de parents d’élèves sur cette nécessité, c’est silence radio du côté de l’adjointe. Espérons que la rentrée la verra dans de meilleures dispositions…

Suppression des RASED dans le primaire : une honte !

De la même manière, les élus de droite du 17e se sont opposés à notre vœu demandant le maintien des 5 postes Rased (1 G et 4 E) supprimés par le rectorat dans le 17e (pdf dans Mandat d'élu voeurased.pdf). Le RASED est un réseau d’enseignants spécialisés qui prennent en charge les élèves avec de très grandes difficultés d’apprentissage et psychologiques, et qui relèvent d’autres compétences que le simple soutien scolaire. Lors du conseil, une délégation d’enseignants, de syndicalistes et de parents d’élèves étaient présents dans la salle lorsque j’ai présenté ce vœu. Très dignes, silencieusement, ils se sont tous levés à la lecture du vœu au grand dam de la droite légèrement inquiète… Curieusement, sur le même vœu, nos élus de droite préférés se sont ensuite abstenus en conseil de Paris…
Malheureusement, malgré la mobilisation importante, les pétitions, des courriers et questions au Ministre (laissées sans réponse), la rencontre avec l’inspecteur d’Académie, rien n’a bougé. J’ai accompagné ce lundi 7 septembre une délégation au rectorat à l’occasion du CTP de rentrée (comité technique paritaire) pour demander le maintien des 5 postes RASED. Il y avait les syndicats SNUIPP, SNUDI FO, la FCPE, et des parents d’élèves. Nous avons été reçus et nos demandes ont été transmises au CTP, comme il en est l’usage. Malheureusement, le nouvel inspecteur d’Académie y a confirmé toutes les fermetures de postes RASED.
Forcément… Quand on prévoit le démantèlement de l’école publique et la suppression de 140 000 postes en 10 ans (13 500 en 2009, 16 000 prévus pour le budget 2010), on ne va pas se soucier des quelques centaines d’élèves du 17e qui ne bénéficieront plus d’une aide qui leur était pourtant indispensable… On sait bien que le gouvernement préfère le bouclier fiscal aux boucliers sociaux…

Logement social : une bonne conscience à peu de frais…

Nous avons eu droit comme d’habitude aux voeux stériles et inutilement polémiques de la droite, tel leur voeu relatif aux critères d’attribution par la Mairie de Paris des logements sociaux de « Paris Habitat » dans le 17e arrondissement. Par un tour de passe-passe, la droite du 17e insinuait que la Ville de Paris n’attribuait pas assez de logements sociaux du 17e à des habitants du 17e, se contentant de citer Paris Habitat, alors même que les attributions se font sur l’ensemble du parc social qui ne se limite pas à celui de Paris Habitat.
Les vrais chiffres – que connaissent parfaitement les élus de droite – sont les suivants : la commission de la Ville a attribué 54,25 % des logements du 17e à des demandeurs du 17e et 17,25 % des logements à des gens qui travaillent dans le 17e arrondissement. Par ailleurs, le voeu de la droite demandait au Maire de Paris une mesure préférentielle totalement illégale en demandant un critère « 17e ». En effet,  la Ville n’a pas légalement la possibilité d’imposer un pourcentage spécifique issu de l’arrondissement. Paris est en effet une unité en tant que telle et, donc, l’ensemble des Parisiens a le droit d’habiter dans  n’importe quel arrondissement de Paris.

Autre voeu de mauvaise foi, celui demandant que la SIEMP renonce à l’application du SLS (supplément de loyer de solidarité) sur un immeuble du 17e et les re-conventionne en logement de type PLS pour éviter le surloyer aux 11 locataires au-dessus des seuils de logement social. Il faut savoir que ce SLS  a été imposé par décret aux bailleurs sociaux par le seul gouvernement. Les bailleurs avaient l’obligation de l’appliquer dès le 1er janvier 2009 aux locataires dont les ressources dépassaient d’au moins 20 % les plafonds d’accès au logement social. Le SLS ne dépasse pas toutefois 25 % de leurs ressources. A paris, cette mesure gouvernementale a eu un faible impact sur le nombre de logements sociaux libérés (0,003% du parc !) suite au paiement du surloyer. A contrario, ce même décret assure l’impunité aux plus aisés grâce à un filet de protection dans la même veine que le bouclier fiscal….
Par contre, pour les classes moyennes, ce décret risque d’entraîner le départ de 200 familles de Paris. Avec la baisse annoncée pour le 1er janvier 2010 de 10 % du niveau des plafonds de ressources permettant l’éligibilité au logement social, ce sont quelques 7500 familles parisiennes qui vont voir leur surloyer augmenter de 30 % à 100 %, et le nombre de ménages assujettis au SLS va augmenter mécaniquement de plus de 50 %.

En fait, le principal intérêt de cette mesure va être de faire baisser mécaniquement le nombre de demandeurs de logements sociaux, sans avoir construit un seul logement. Astucieux, non ? Injuste certes, mais astucieux…

Petites affabulations entre amis

La droite du 17e a également présenté un vœu laissant entendre que la Ville de Paris aurait supprimé les subventions aux associations de commerçant pour les illuminations de Noël. Ceci était totalement mensonger puisque, comme en 2008, 9 neuf associations de l’arrondissement ont reçu des subventions pour un montant total de 104 500 €, ce qui est considérable.
Certes, le montant global des subventions a très légèrement diminué (de 4847 euros), mais cela s’explique par le fait que la Ville avait versé des subventions plus importantes pour que les associations investissent dans l’achat de matériel basse consommation en respect de son Plan Climat. Une fois les investissements réalisés, il n’y a pas lieu de considérer que les subventions sont des rentes à vie attribuées systématiquement.
En outre, la Ville a fait savoir qu’elle avait demandé aux associations de commerçants de mutualiser leurs commandes pour réduire de façon significative les coûts des illuminations, ce qui m’apparaît être une mesure de bonne gestion.
Enfin, l’aide de la Ville ne se limite pas à accorder des subventions. Lorsque la Ville a proposé des zones de protection pour le commerce et l’artisanat dans le PLU (plan local d’urbanisme), le Préfet, donc le représentant du Gouvernement, a demandé au Tribunal administratif d’annuler cette disposition qui était une aide au commerce de proximité. Heureusement, la Cour d’appel a donné raison à la Ville, et les mesures de protection du commerce ont pu être maintenu.
Une fois de plus, la droite essaye de faire oublier les mauvaises mesures qu’elle prend. Avec la tentative de généralisation du travail le dimanche, le gouvernement s’attaque directement aux commerces de proximité et aux salariés puisque cette mesure bénéficiera uniquement aux réseaux de distribution. Heureusement, malgré les tentatives absolutistes du gouvernement, la Ville de Paris gardera ses prérogatives en matière de classement en zones touristiques, et ce, grâce à la décision du conseil constitutionnel qui lui a donné raison. Malheureusement, cette loi injuste et rétrograde s’appliquera et accentuera les inégalités entre salariés et fragilisera le petit commerce.

Sécurité, quand on ne sait pas quoi dire…

Enfin, le droite du 17e a déposé deux vœux pour demander que la Ville renforce le personnel de surveillance et de prévention dans le parc Martin Luther King et le square Emile Borel pour régler les problèmes d’insécurité de ces deux espaces verts. Curieusement, si les vœux se voulaient exagérément accusatoires vis-à-vis de la Ville, aucun des deux ne faisait mention du rôle de la police nationale en matière de lutte contre les délinquances… Pour le moins curieux, non ?
Rappelons que ni les gardiens des parcs et jardins, ni les inspecteurs de la Direction de la Prévention de la Ville ne sont armés ou habilités à faire des contrôles d’identité… En tout état de cause, ils n’ont pas vocation à se substituer à la police, dont ils n’ont ni les prérogatives juridiques, ni la formation. Seule la Police nationale est habilitée à gérer les problèmes graves de violences,  les attroupement armés, et par ailleurs, elle a une compétence sur tout le territoire parisien, y compris les équipements municipaux…
En outre, le commissaire de Police du 17e ayant affirmé récemment dans une réunion publique qu’il avait suffisamment d’effectifs sur l’arrondissement, on aurait pu penser que cette affirmation valait également pour les équipements municipaux et que ces effectifs seraient suffisants pour gérer les problèmes de violence et de délinquance…
Bien que l’on sache en réalité que les effectifs ont en réalité diminué ces dernières années ; nous n’en connaissons pas l’ampleur exacte, la Préfecture ignorant toutes nos demandes pour connaître les évolutions des effectifs de police dans le 17e, mais également sur tout le territoire parisien… Ce qui peut se comprendre quand on sait le succès de la politique sécuritaire et des lois – que l’on ne compte plus – de Monsieur Sarkozy, ex-ministre ou Président !
Au vu du caractère inutilement polémique des deux vœux, nous sommes abstenus en conseil d’arrondissement le sujet étant trop sérieux. Finalement les élus de droite ont retiré leurs vœux en conseil de Paris au profit d’un vœu de l’exécutif parisien plus équilibré, et rendant à chacun ses responsabilités, y compris celle de la Mairie du 17e… Je vous invite à lire ce vœu qui explique la situation sur ces deux sites, et qui reprend les mesures d’ores et déjà envisagées : pdf voeu97bsecuriteparcs.pdf

La transparence budgétaire selon la mairie du 17e  du pur bonheur…

Enfin, je voudrais terminer par l’anecdote drolatique du conseil d’arrondissement : suite à nos demandes répétées à l’envi, la maire du 17e a enfin daigné nous donner à la sauvette, et sans discussion possible (surtout pas !), un document « explicatif » d’une partie des dépenses de la mairie…

dalm172008.jpg

pdf dalm172008.pdf

NB : 650,39 euros consacrés aux dépenses de démocratie locale en 2008 (sic !) mais plus de 54 000 euros pour des manifestations diverses, diverses en quoi, nous ne savons pas, mais peu importe…
Les nouvelles règles de transparence imposées par le conseil de Paris ne seront pas de trop dans le 17e.
Enfin soyons positifs, il y a du progrès…

Le Rififi est de retour !!!

festival4c9d2.jpg

Le festival des Rififi aux Batignolles est un des moments forts et conviviaux de chaque rentrée dans le 17ème depuis maintenant 6 ans. Des habitants bénévoles et des artistes organisent et animent des évènements culturels et ludiques dans nos quartiers : théâtre de rue, expositions, ballades urbaines, musique, jeux pour les enfants, picnics… Leur imagination est sans limite… Alors n’hésitez pas à retenir ces dates et à profiter de ces moments étonnants…
Les quatre temps forts

1 – Le Rififi et les arts plastiques
du 2 septembre au 20 septembre 2009

2 – Le festival et spectacles vivants
du 10 au 13 septembre 2009

3 – Le Rififi et les journées du patrimoine
du 18, 19 et 20 septembre 2009

4 – Les images du Rififi du 22 au 25 octobre 2009 au cinéma des cinéastes

Le Rififi est de retour  !!! dans Mandat d'élu pdf Découvrez le programme 2009

Pour découvrir les évènements de dernières minutes :  http://durififi.com/

Et surtout, le Rififi a besoin de vous !

Vous pouvez aussi devenir vous-mêmes bénévoles et participer à l’organisation et à l’animation  tout en rencontrant des habitants de vos quartier et lier des amitiés…

Les permanences

- du 22 Août au Septembre
Les samedis et dimanches de 10h30 à 13h30
les mardis, vendredis et samedi de 17h30 à 19h30

 

Quelques spectacles à découvrir dans le cadre du Rififi

Le voyage sans retour de Victor Jacquemont par l’Atelier d’histoire urbaine

inconnu.jpg
L’Inde aux Batignolles. Un parcours spectacle autour de la vie, l’œuvre, les pérégrinations de Victor Jacquemont, écrivain, naturaliste et grand voyageur romantique du 19ème siècle. Ami de Jussieu, Prosper Mérimée et Stendhal, il mena ses explorations en France, Amérique du Nord, Haïti. Et en Inde, qu’il parcourut trois ans durant, rencontrant l’Empereur, recensant 5800 pièces d’herbier et nombre de roches. Et rédigeant sans relâche son carnet de bord et sa correspondance. Avant de s’y éteindre, en 1832, à 31 ans. Théâtre, musique, danse et contes,

Samedi 19 septembre et dimanche 20 septembre de 14h00 à 18h00 départ angle rue Jacquemont – avenue de Clichy
Un départ toutes les heures – p.a.f. 6 €. Gratuit – 12 ans.
Réservation : www.durififi.com ou par tel : 01 42 56 28 36 ou bureau du festival.

 

La dame aux camélias

d’Alexandre Dumas Fils
organisée par la Compagnie Aniouta.b, en partenariat avec l’association Du Rififi aux Batignolles dans le cadre des Journées du Patrimoine

camjpgba4b6.jpgL’adaptation du roman et de la pièce d’Alexandre Dumas fils a été créée pour les Journées du Patrimoine 2009 dédiées à la dynastie des trois Dumas, à travers le thème de la transmission de père/fils. C’est une chronique de la cruauté de la société parisienne envers les femmes, corsetées dans la soie et soumises aux caprices de l’argent. Dernier romantique et témoin amer des injustices de son siècle, Alexandre Dumas fils posa, le premier, avec sa « Dame aux Camélias », la question du féminisme. Adaptation et mise en scène originales de la pièce et du roman d’Alexandre Dumas fils par Anne NATHAN

Samedi 19 et dimanche 20 septembre, à 17 h 30, Mairie du 17è, 16/20, rue des Batignolles
Réservation indispensable : aniouta91@aol.com, 01 42 56 28 36

Quelques spectacles à découvrir dans le cadre du Rififi dans Mandat d'élu pdf La dame aux camélias

 

La Maison des Associations du 17e fait sa rentrée

Je vous recommande notamment la première formation qui s’adresse spécifiquement aux porteurs de projets qui, soucieux de créer leur emploi, souhaitent créer une association :

Formation  » Association ou Entreprise, que choisir ? Quel est le meilleur outil pour réaliser son projet ou créer son emploi ? »
Samedi 26 septembre, de 9h30 à 12h30, à la Maison des associations

Les différents statuts de l’entreprise seront abordés (auto-entrepreneur, entreprise individuelle, coopérative,…).

« PASSA PAROLA »
Jeudi 24 septembre, de 18h à 20h, à la Maison des Associations

Votre association organise un évènement dans les mois à venir (conférence, exposition, festival, randonnées..): venez présenter et échanger vos initiatives(sur inscription)

« Rencontre Locale Entreprise/Association/sur le Mécénat de compétence »

Mercredi 30 septembre 18h30-20h, à la Mairie du 17ème 

  

La Maison des Associations du 17e fait sa rentrée dans Mandat d'élu pdf Programme de la Maison des Associations du 17e de septembre à décembre 2009
Maison des Associations du 17ème
25 rue Lantiez 75017 PARIS
Tél. 01 58 60 16 20 Fax 01 58 60 16 19
maison.asso.17@paris.fr

www.associations.paris.fr

www.espace-associations-17.fr

12



Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA