La rentrée des jeunes Parisiens dans toutes ses dimensions

Les mesures prises dans l’Education nationale depuis deux ans suscitent une inquiétude légitime dans la communauté scolaire. Diminution des moyens, temps scolaire densifié qui pénalise les élèves en difficulté, tentatives de fragilisation de l’école maternelle, mise en place de l’aide personnalisée au détriment du rythme de chaque enfant, menaces sur les Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) et les Emplois de Vie Scolaire (EVS)… Ces décisions que la Ville de Paris a maintes fois dénoncées mettent en péril la réussite des enfants, particulièrement des plus fragiles. Elles réorganisent le temps scolaire dans des proportions dangereuses et avec un résultat singulier : la France est l’un des pays d’Europe où les enfants travaillent le plus grand nombre d’heures par jour, et le moins grand nombre de jours par an. Avec des moyens humains en recul de la part de l’Etat malgré une augmentation du nombre des élèves, les mesures prévues, par le gouvernement, à Paris pour cette rentrée ne contribuent pas à offrir les meilleures conditions de réussite aux élèves parisiens.

Après la suppression de 11.200 postes dans l’Education nationale en 2008, ce sont 13.500 suppressions supplémentaires qui sont annoncées lors de cette rentrée 2009. Paris n’est malheureusement pas épargné par cette politique essentiellement motivée par une démarche trop exclusivement comptable. Après la disparition de cinq postes « soutien lecture » et de cinq classes d’initiation pour les non francophones l’année dernière, ce sont près de 90 postes qui sont supprimés lors de cette rentrée au titre de la réaffectation des maîtres spécialisés dans les classes, ce qui réduit d’autant le potentiel d’aide et de soutien individualisés pouvant être mis en œuvre par l’Académie en direction des élèves les plus en difficulté.

Les mesures de rentrée affecteront une nouvelle fois les RASED (Réseaux d’aide spécialisés aux élèves en difficulté) pour une quarantaine de postes (dont 5 dans le 17e), les services de l’ASH (Adaptation Scolarisation des Handicapés) qui sont privés de près de 20 postes, et les personnels de remplacement formation continue et maladie­maternité qui sont amputés de plus de 30 postes. Il est regrettable que la mission de service public de l’éducation soit fragilisée notamment par le non remplacement systématique des enseignants malades, en congé maternité ou en formation. Enfin, le nombre de petits Parisiens en âge d’être scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires a augmenté de près de 1.200, soit un besoin de 46 ouvertures de classes. Or le solde entre les fermetures et les ouvertures de classes à la rentrée s’établit à +7,5 classes.

Dans ce contexte difficile, le Conseil de Paris du 29 septembre a débattu de la rentrée des jeunes Parisiens sur la base d’une communication du Maire de Paris passant en revue tout ce qu’un jeune peut trouver dans son quartier, qu’il s’agisse d’offre culturelle, sportive ou scolaire. Ce panorama a couvert également tous les âges, de l’entrée en crèche jusqu’à la sortie du collège.

La rentrée des jeunes Parisiens dans toutes ses dimensions dans Mandat d'élu pdf Comunication du Maire de Paris

0 Réponses à “La rentrée des jeunes Parisiens dans toutes ses dimensions”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA