Parodie de démocratie : la réunion des conseils de quartier du 17e

Le 1er décembre dernier, la Maire du 17e organisait la réunion annuelle des conseils de quartier. Comme chaque année, cette réunion a été une vaste fumisterie où seuls les élus de la majorité municipale ont pu s’exprimer. Bien que je n’ai pu y assister, plusieurs conseillers de quartier m’ont contacté pour me faire part de leur indignation sur la façon dont les choses se déroulaient.
Aucun conseiller de quartier n’a pu s’exprimer. Je n’ai donc rien manqué. D’ailleurs, il n’y a eu aucune réunion préparatoire dans les conseils de quartier pour que les conseillers choisissent ce qu’ils voudraient qu’il soit dit. La Maire du 17e et ses délégués, élus du conseil d’arrondissement, ont décidé seuls de leur petite propagande. Aucune prise de parole ni débat n’ont été autorisés pour les conseillers de quartier qui ont pu comprendre le sens du mot « démocratie participative » selon la maire du 17e.

Par ailleurs, je souhaiterais dire un mot aussi sur l’utilisation des moyens financiers alloués au conseil de quartier par la Ville que gère la Mairie d’arrondissement. Croyez-vous qu’à cette réunion, il a été rendu compte de leur utilisation. Que nenni !

Chaque année, pour chaque conseil de quartier parisien, la ville de Paris affecte 8 264 euros  pour l’investissement et 3306 euros pour leur fonctionnement. Les crédits affectés aux conseils de quartier par la Ville de Paris sont cumulables s’ils n’ont pas été utilisés les années précédentes.

Pas une fois, la Mairie du 17e n’a présenté des comptes sur ces fonds et indiquer quel était le solde de ces crédits disponibles en fonctionnement et en investissement pour l’ensemble des conseils de quartier et pour chaque conseil de quartier.

 

Les moyens financiers alloués ne sont pas négligeables et doivent être au mieux utilisés pour répondre aux attentes des habitants des quartiers, et surtout imposent une transparence irréprochable sur leur utilisation ou leur non utilisation…

Enfin, je terminerais en disant qu’il faut mieux informer les conseillers de quartier sur ce qu’ils peuvent financer avec ces moyens :

  • dépenses de travaux ou acquisition de bien dits « amortissables » comme du matériel lourd et des instruments de musique ; le comptable public tolère en effet actuellement les acquisitions  de biens amortissables. Par contre, l’acquisition de jeux ou de livres relèverait davantage du fonctionnement, mais cela s’apprécie surtout en fonction de la quantité ou de l’usage.
  • les travaux peuvent intervenir sur tout type d’équipement qu’ils soient de proximité ou non, à condition qu’ils soient propriété de la ville ou gérés par elle
  • pour développer l’animation locale : tables, chaises, panneaux d’exposition, mini-sono ambulante, parasols, barnums, écran gonflable, gros projecteurs banderoles réutilisables.
  • pour développer la communication des conseils de quartier : Acquisition de matériels d’exposition et des panneaux d’affichage pour leur communication
  • projets envisageables et déjà pratiqués dans d’autres arrondissement : casier pour une bagagerie pour personnes sans domicile, citystade, rangements pour une école, cabane de jardinage destinée à un jardin pédagogique, rénovation d’un kiosque, buts de handball, ring de boxe, parcours routier et marelle dans une école, amélioration de l’éclairage d’un espace, végétalisation, grilles d’arbres, guide d’accessibilité touristique et culturelle pour les enfants handicapés, tables d’échec et de ping-pong dans les parcs et jardins ou dans la rue… et naturellement investissements sur la voirie
  • étude sur projets d’aménagement, ex. étude sur la réutilisation de la petite ceinture de la gare de Montrouge

J’ajoute par ailleurs qu’il est également possible de mutualiser les budgets d’investissement de l’ensemble des conseils de quartier afin de permettre aux conseillers de quartier de travailler sur des projets plus ambitieux, inter-conseils de quartier. Il en va de même pour la dotation de fonctionnement.

Enfin, il est également tout à fait possible que la mairie d’arrondissement soutienne un projet de conseil de quartier sur sa dotation d’investissement d’arrondissement si l’enveloppe d’investissement dédiée au conseil de quartier n’est pas suffisante pour financer la totalité du projet.

Jamais sous la précédente mandature, ni sous celle-ci, la droite du 17e n’a expliqué à quoi ces fonds de fonctionnement et d’investissement avaient servi, quelles avaient été les opérations financées et pour quel montant. Est-ce normal ce manque de transparence ? bien évidemment non ! Surtout qu’une bonne partie de ces crédits n’ont jamais été utilisés, mais il est vrai qu’il y a si peu à faire…

Et bien, nous demanderons un bilan de la précédente mandature de ces fonds et un bilan annuel détaillé à la fois pour l’ensemble des conseils de quartier et pour chaque conseil de quartier. Les conseillers de quartier et les habitants ont le droitde savoir.

0 Réponses à “Parodie de démocratie : la réunion des conseils de quartier du 17e”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA