• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

Archive mensuelle de janvier 2010

Assemblée générale annuelle de la concertation ZAC Clichy-Batignolles

Vendredi 12 février à 18h30

 au Lycée Balzac, 118 boulevard Bessières, 75017 Paris

Cette soirée sera l’occasion de présenter les propositions des participants parisiens et clichois formulées lors des ateliers citoyens, du groupe projet et d’échanger avec les élus et techniciens.

Vous trouverez ci-dessous l’invitation et le coupon d’inscription :
Assemblée générale annuelle de la concertation ZAC Clichy-Batignolles dans Mandat d'élu pdf Invitation à l’AG annuelle 2009

pdf dans Mandat d'élu Coupon réponse

www.clichy-batignolles.fr

Réunion de clôture de la concertation sur les prolongement de la 14

Jeudi 11 février 2010 à 19h30

au Gymnase Léon Biancotto

6, av. de la Porte de Clichy

(Métro 13 et RER C Porte de Clichy)

http://www.desaturationdelaligne13.com/

La maison du Projet de Clichy-Batignolles

La maison du projet est le lieu d’information sur Clichy-Batignolles et son actualité.

Elle accueille tous ceux qui souhaitent s’informer sur la transformation de ce quartier et l’avancée des chantiers..

Adresse : 147 rue Cardinet – 75017 Paris

Horaires d’ouverture :
Mercredi de 14h à 18h
Vendredi de 14h à 20h
Samedi de 14h à 18h

www.clichy-batignolles.fr

Parking Cardinet de 600 places

Les travaux du futur parking de 600 places débutent. Ce parking sera sur 6 niveaux et exclusivement réservé aux abonnés avec un tarif préférentiel pour les résidents du quartier.

Durant les travaux du parking, une liste d’attente pour les abonnements sera ouverte.  Le public sera informé des modalités.

La SAEMES a fait savoir lors d’un atelier de concertation que les personnes intéressées peuvent se signaler à l’adresse cardinet@saemes.fr.

Dans un futur très proche le site Internet de la SAEMES permettra l’inscription sur un formulaire. Voir sur le site http://www.saemes.fr.

Parking Cardinet de 600 places dans Mandat d'élu pdf La lettre de chantier

Communiqué du Maire de Paris sur les terrains Clichy-Batignolles

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë a reçu, ce 27 janvier, Brigitte Kuster, maire du 17e, au sujet de l’aménagement du secteur Clichy Batignolles.
A cette occasion, il a pu lui rappeler la réalité des faits qui, dans la mise en œuvre de ce projet, contredisent certaines informations erronées, abondamment diffusées auprès des habitants du 17e. En effet, au cours de ces dernières semaines, une pétition prêtait à la Municipalité, l’intention de construire «10 tours de logements sociaux» en augmentant de surcroît le taux de logements sociaux à 55%.
Afin de mettre un terme à cette regrettable tentative de désinformation, le maire de Paris a donc veillé à souligner les points suivants :

Depuis l’origine, le projet d’aménagement Clichy Batignolles prévoit bien 6 terrains (et certainement pas 10), sur lesquels les concepteurs seront autorisés à proposer des immeubles de 50 mètres. Un immeuble de 50 mètres n’est pas une tour puisqu’il s’agit d’un immeuble limité à 15 étages, soit seulement 5 étages de plus que ce que permet aujourd’hui le Plan Local d’Urbanisme – PLU – (37 mètres).

Par ailleurs, il est parfaitement inexact de laisser entendre que la Ville chercherait ainsi à augmenter le nombre de logements construits. Dans les faits, l’installation du futur Tribunal de Grande Instance (TGI) à Batignolles – à la demande de l’Etat, acceptée par la Ville de Paris – se traduira par une diminution du nombre des logements comparativement aux objectifs initiaux, arrêtés en 2006 entre notre collectivité et le gouvernement. En effet, la convention d’objectifs signée à l’époque avec Monsieur de Villepin, alors Premier Ministre, prévoyait 3500 logements sur l’opération, dont la moitié sociaux : pour faire place aux 100 000 m2 nécessaires au TGI, cet objectif ne pourra pas être atteint en totalité, alors même qu’il s’agit d’une des dernières grandes emprises constructibles dans la Capitale.

Enfin, il est particulièrement outrancier de parler exclusivement «d’immeubles de logement social» dès lors que les programmes de construction mêleront logements sociaux et logements privés dans une vraie logique de mixité et un souci de grande diversité des types de logements proposés : logements privés en accession, logements privés à loyer maîtrisé, logements familiaux sociaux, très sociaux et intermédiaires, mais également logements  pour étudiants, pour personnes âgées, maison d’accueil spécialisée, résidence sociale… Cette programmation garantira l’accueil de profils variés, à l’image de la société parisienne : familles de tous statuts, jeunes, personnes âgées… Dans ces conditions, parler de «ghetto» n’a strictement aucun sens et traduit surtout de la part de la majorité d’arrondissement une vision négative et un peu caricaturale de la notion même de logement social.

La Ville assume pleinement le parti urbain retenu qui, pour limiter la perte de logements de toutes catégories, a préféré augmenter légèrement la hauteur des immeubles plutôt que de rogner sur la superficie du futur parc de 10 hectares. Les bâtiments permettront d’améliorer la qualité urbaine en créant des îlots aérés, ouverts sur le parc Martin Luther King, et de donner priorité à la qualité de vie en créant notamment des surfaces extérieures (terrasses, loggias, jardins d’hiver…). Les exemples existent dans d’autres métropoles européennes et démontrent que ces formes architecturales permettent des créations de grande qualité.

Enfin, le maire de Paris a insisté sur la nécessité que l’Etat accompagne financièrement, au-delà des promesses, les grands projets de transport du secteur Clichy Batignolles : le prolongement de la ligne 14 et d’Eole à l’ouest avec le renforcement de l’offre ferroviaire à Pont-Cardinet, l’amélioration à court terme du fonctionnement de la ligne 13, et surtout la participation au financement du tramway T3 à la porte d’Asnières. Tous ces projets sont indispensables à la desserte de Clichy Batignolles et de la future Cité Judiciaire, qui attirera des milliers d’avocats, de personnels judiciaires et d’usagers de la justice.

Au-delà des clivages politiques, l’aménagement de Clichy Batignolles et le bon fonctionnement de la Justice à Paris imposent que tous unissent leurs efforts et renoncent à la polémique systématique.

La charte Parisienne de la participation

Depuis 2001, Bertrand Delanoë a veillé à mieux associer les Parisiens aux décisions qui les concernent. Des lieux de débat et des espaces de dialogue ont ainsi pu être imaginés, reconnus et développés : les conseils de la jeunesse, des anciens, des étrangers non communautaires, qui sont autant d’instances de consultation et de propositions.

En vertu des mêmes principes ont été institués les comptes-rendus annuels de mandat du Maire de Paris, qui donnent à tous les Parisiens, dans chacun des vingt arrondissements, l’occasion d’interpeller l’exécutif municipal, et de lui soumettre l’expression de satisfactions, de mécontentements, d’attentes ou de revendications.

De la même façon, dès 2001, les mairies d’arrondissement se sont vus dotés d’un véritable budget avec une dotation de gestion et d’animation locale et un budget d’investissement. En 2009, fidèle à sa politique démocratique, notre majorité a décidé d’aller encore plus loin en transférant aux mairies d’arrondissement la gestion directe des subventions destinées aux associations locales.

En 2008, nous leur avons proposé d’aller plus loin encore et de créer de nouveaux instruments au service de l’expression citoyenne. Pour ce faire, Hamou Bouakkaz a lancé pendant plusieurs mois une large concertation dans les arrondissements et au niveau parisien pour discuter de l’établissement d’une charte de la participation fixant un cadre complet et opérationnel et proposant des outils innovants. Ainsi, l’information, l’accessibilité, l’évaluation, la mise à disposition de moyens humains et logistiques sont présentés, à juste titre, comme autant de conditions pour une concertation sincère sur les grands projets municipaux.

Cette charte a été aujourd’hui adoptée lors du dernier conseil de Paris. Elle fixe un cadre et des lignes directrices, et chaque mairie a la possibilité, et même le devoir, d’adapter la pratique aux particularités locales qu’elle connaît. La Charte parisienne de la participation n’a pas vocation à se substituer à la pratique démocratique au sein des arrondissements.

Avec elle, au 1er janvier 2010, un droit d’interpellation sera disponible à tout citoyen, permettant à notre Conseil de s’exprimer au plus près des préoccupations des habitants.

Une Commission Parisienne du Débat Public, autorité indépendante, sera appelée à veiller au respect des règles démocratiques et à formuler des recommandations au Maire de Paris.

Une Université Populaire de la Citoyenne Active proposera des ateliers thématiques relatifs à l’urbanisme, à la vie politique locale, ou au fonctionnement des institutions.

Cependant, malgré ces avancées prometteuses, la droite a refusé d’adopter cette Charte dans tous les arrondissements où elle est aux responsabilités et critique sans répit tous les projets qui précisément la rendent plus autonome et plus démocratique.

La charte Parisienne de la participation dans Mandat d'élu doc Découvrez la Charte parisienne de la participation

Dans le cadre de cette charte, nous avons déposé en conseil d’arrondissement un voeu demandant la création d’un comité des usagers de la mairie du 17e. Il a comme de bien entendu été également rejeté par la majorité municipale du 17ème.

J’ai profité du débat sur le charte de la participation pour regretter que la réunion de l’ensemble des conseils de quartier dans le 17ème n’ait pas permis d’échanges entre les habitants et les conseillers de quartier, et que la transparence ne soit toujours pas de mise concernant l’utilisation des budgets des conseils de quartier. (voir mon article précédent)
Par ailleurs, à l’occasion d’une autre délibération, j’ai regretté également que la Mairie du 17e ne rende jamais compte devant le conseil d’arrondissement et les habitants de l’utilisation des fonds de l’amendement « Bloche » qui alloue à chaque arrondissement une enveloppe spécifique destinée aux structures et associations qui animent la vie artistique et culturelle des quartiers. Aucune information n’a été donnée à ma question sur quels montants pour quelles associations et projets artistiques ont été retenues par la mairie d’arrondissement, et si la totalité du budget alloué au 17ème a été utilisée. Avec 1 euro par habitant, l’enveloppe n’est pourtant pas négligeable…

Des bons plans pour les vacances de février

Après la classe, place à la détente ! Pendant les vacances, la ville organise une foule d’activités pour tous les âges et tous les goûts.

Ateliers dans les musées, bibliothèques et médiathèques, stages et animations dans les écoles municipales des sports, patinoires à l’Hôtel de Ville et à Montparnasse, visites d’expos avec les centres de loisirs…

Découvrez tous les bons plans pour faire passer de bonnes vacances à vos enfants.(site de la Ville de Paris)

Enquêtes publiques sur l’opération d’aménagement de Saussure à Pont Cardinet

Elles se dérouleront du 1er février au 2 mars et concernent un lotissement de la zone par la SNEF pour l’une et la réalisation d’un collège et d’un gymnase pour l’autre.

Les dossiers d’enquête seront consultables en mairie du 17ème, les lundis, mardis, mercredis et vendredis, de 8h30 à 17h, les jeudis de 8h 30 à 19h30 et le samedi 13 février de 9h à 12h.

Le commissaire enquêteur sera présent les jours suivants : le 4 février (de 14 h à 17 h), le 13 février (de 9 h à 12 h), le 18 février (de 16 h 30 à 19 h 30), le 23 février (de 14 h à 17 h), le 2 mars (de 14 h à 17 h).

D’un éventuel arrêt de la 14 à Pont Cardinet

Voici un échange que j’ai eu sur la nouvelle fausse polémique lancée par la Mairie du 17ème, et qui exprime ma position sur un éventuel arrêt de la 14 à Pont Cardinet.
batignol

Pourquoi la mairie du 17ème est-elle la seule à réclamer un arrêt à Cardinet ? Cela me semble une telle évidence compte tenu des 25.000 habitants qui arriveront dans le quartier d’ici à quelques années. Il va bien falloir qu’ils puissent se déplacer sans utiliser leur voiture.

 

Bonjour Batignol,

Concernant la création d’un arrêt de la future 14 à Cardinet, je trouve extrêmement hypocrite la droite du 17e qui le réclame à haut cri, quand on sait que leur majorité au niveau national et le gouvernement refuse pour l’instant de mettre un centime dans le prolongement de la 14, que cet arrêt n’est même pas mentionné dans le programme des régionales de Mme Pécresse ; et d’ailleurs dedans il est prévu de rallonger la 14 jusqu’à Pleyel…
De plus, Roger Karoutchi, conseiller régional UMP, dans une dépêche du 11 janvier 2010, se dit qu’il faut encore attendre une autre solution pour désaturer la ligne 13 que le prolongement de la ligne 14… Ils sont quand même bien de la même équipe régionale avec la maire du 17ème, non ??? En outre, le 8 avril 2008, l’UMP a refusé de voter le projet de prolongement de la ligne 14 pour désaturer la ligne 13… Quant à Mme Jouanno, tête de liste parisienne de l’UMP, qui prône l’automatisation de la ligne 14 à mettre dans son programme, cela vaut-il seulement la peine d’en rire ???

Je rajouterai par ailleurs que Mme Douvin, conseillère de Paris, a dit lors du dernier conseil de Paris que le financement du tramway jusqu’à la porte d’Asnières n’était pas non plus prioritaire pour l’Etat, même s’ils sont favorables dans le 17e pour son prolongement.

extrait :

Mme DOUVIN rappelle que son groupe est favorable au prolongement du T3 jusqu’à la porte d’Asnières et a d’ailleurs déposé un voeu il y a plus d’un an à ce sujet.
L’orateur indique, en ce qui concerne le financement, que l’Etat choisit les financements de transports publics qu’il estime prioritaires, et un tramway peut être prioritaire à Marseille ou à Strasbourg et ne pas l’être dans une autre ville parce qu’il faut tenir compte de la situation des transports publics dans leur ensemble dans une ville, et qu’à Paris la densité du réseau de bus, de R.E.R. et de métros est importante.
L’orateur ajoute qu’en ce qui concerne Paris et l’île-de-France, les derniers débats parlementaires ont indiqué quelles pouvaient être les priorités de l’Etat.
L’orateur annonce que son groupe ne s’associera pas au voeu n° 65.
M. BROSSAT se déclare très heureux de cette explication de vote car les masques tombent, en effet, au cours de la dernière mandature, l’UMPPA avait expliqué que le tramway était une erreur, puis dans un revirement assez curieux, expliqué qu’elle y était favorable et maintenant elle dit que c’est un investissement qui, à ses yeux, n’est pas prioritaire.
L’orateur estime que le débat est clarifié par ce vote sur le voeu n° 65 que présente son groupe.
Mme DOUVIN fait observer qu’il n’y a pas de masque, mais simplement une vision objective des priorités et tous ceux qui sont dans la galère des transports savent quelles sont les priorités.

Or avec l’aménagement des terrains Clichy-Batignolles et la venue du TGI, le prolongement du tramway est forcément prioritaire (il l’était déjà avant pour nous), mais pas pour l’Etat, ni pour Mme de Panafieu, qui dans le JDD du 17 décembre 2006 disait que « le tramway est à l’encontre de l’histoire »…

Maintenant concernant l’arrêt à Cardinet, évidemment à titre personnel, je trouverais cela très pratique, mais en tant que politique et avant de prendre une position, je dois avant tout me soucier de l’intérêt général.

Or, le prolongement de la 14 est avant tout réalisé (et financé par les seuls STIF, région et départements concernés, dont Paris) pour soulager la ligne 13 et la délester au niveau des deux branches à Porte de Clichy et à Mairie de Saint-Ouen. Une éventuelle station a été imaginée à Rome, tout simplement du fait de la correspondance avec la ligne 2 de métro, qui permettrait de soulager également la ligne 13 en incitant les gens qui descendent à Place de Clichy de prendre la 14 plutôt que de rester dans la 13. Avantage que n’aurait pas un arrêt à Cardinet.

Maintenant une concertation est en cours, et l’on verra ce qu’elle donnera, et forcément il n’y aura pas que l’avis des habitants des Batignolles et du 17e qui comptera pour ce projet, mais ceux de l’ensemble des usagers, et c’est normal.

Enfin, il faut aussi prendre en considération les données financières et techniques d’un arrêt à Cardinet. Cela signifierait non seulement un coût financier supplémentaire considérable mais aussi un retard probable d’un an ou deux avant l’arrivée de la station à Porte de Clichy, et je ne parle pas de St-Ouen… Il en est de même pour la station Rome d’ailleurs.

Donc ces délais et ces coûts sont à mettre en regard de l’objectif initial du prolongement de la 14, et surtout ils sont à mettre en regard des autres solutions moins coûteuses et plus rapides à mettre en oeuvre à Pont Cardinet. En effet, une gare existe qui est déjà sous-utilisée actuellement. Ne serait-il donc pas plus intelligent de développer les passages et les arrêts des trains (avec liaison avec la Défense) jusqu’à Saint-Lazare, et de créer une ou deux entrées supplémentaires à la gare. Pont Cardinet deviendrait ainsi une vraie gare utile pour les habitants du quartier. Les informations que j’ai sont que l’on pourrait augmenter les fréquences jusqu’à atteindre les fréquences pratiquées dans les métros parisiens, et tout cela pour un coût nettement inférieur à un arrêt de la ligne 14, et avec une réalisation beaucoup plus rapide.

Avec de telles données que doit faire un politique soucieux d’intérêt général ? Faire de la démagogie à bon compte en ne s’engageant soi-même financièrement à rien, ni d’ailleurs politiquement non plus jusqu’à présent ? ou attendre de disposer de l’ensemble des éléments (concertation, coût, délais, besoins…) avant de prendre position, puis de prendre une décision ? Je préfère personnellement la deuxième position.

Pour conclure, je crois que la droite du 17e, de Paris et régionale n’a de leçons à donner à qui que ce soit, surtout en matière de transports, et qu’il ne faut pas être dupe de la surenchère verbale qui ne les engage en rien, ni eux, ni l’Etat, et qui est directement liée à la proximité des régionales et à une maire du 17e, candidate permanente à tous les mandats et en campagne perpétuelle…

Bien cordialement

Isabelle Gachet

Le logement social : la cible perpétuelle de la droite

A chaque fois qu’il y a des délibérations qui portent sur cette question, l’équipe municipale produit systématiquement des vœux pour s’y opposer. Ainsi, lors du dernier conseil de décembre 2009, la droite s’est opposée à toutes les délibérations prévoyant des logements sociaux au prétexte que la répartition entre les différents types de logement sociaux ne leur convenait pas et qu’il y aurait une trop forte concentration de logements sociaux dans le 17e…

C’est vrai qu’avec 12% de logements sociaux dans le 17e en 2009, seuil largement en-dessous des 20% minimum demandés dans le cadre de la loi SRU, il y a de quoi s’inquiéter de son point de vue…

Je recommande  à chacun cette excellente fiche de l’APUR sur l’état du logement social début 2009 à Paris  (2009 n’étant pas encore disponible). Vous y remarquerez que la majeure partie du 17e est considéré comme étant en déficit de logements sociaux (Batignolles, Levis, Monceau, Ternes), ce qui ne vous sera pas une surprise.

Et pourtant, il y a dans le 17ème environ 6000 demandeurs de logement social. En 2008, sur les 5.648 demandeurs référencés, la proportion des demandeurs de logements sociaux était répartie de la sorte :

  • 4534 demandeurs (80,28%) étaient sous les plafonds PLAI*
  • 1031 demandeurs (18,25%) étaient  sous le plafond PLUS*
  • 83 demandeurs (1.47%) étaient sous le plafond PLS*

*PLAI = prêt locatif aidé d’intégration, PLUS = prêt locatif à usage social, PLS = prêt locatif social

Vous souhaitez savoir si vous auriez droit à du logement social comme les 72% de la population parisienne, et à quelle catégorie ? Consultez le tableau ci-dessous.

Plafonds de ressources pour bénéficier d’un logement social : Paris et communes limitrophes 2009 (revenu fiscal en €)

Catégorie
de
ménage
PLAI PLUS PLS
1 11 993 21 802 31 598
2 19 551 35 584 47 224
3 25 629 42 715 61 906
4 28 051 50 999 73 912
5 33 371 60 678 87 939
6 37 554 68 279 98 955
Pers. suppl. 4 185 7 607 11 025

Concernant la répartition entre les différents types de logement dans les programmes, la règle générale à Paris est de 20% de PLAI, 50% de PLUS et 30% de PLS*. Cette règle suit les recommandations de l’Etat en la matière dans ses conventionnements pour l’aide à la pierre, et qui correspondent aux besoins réels. Après il peut y avoir de légers ajustements selon les programmes et les lieux d’implantation et les déficits en types de logement.

Et bien, la droite du 17ème demande quant à elle en général une répartition à égalité entre les trois types de logements sociaux, faisant fi des besoins des demandeurs du 17ème, de la réalité du logement social dans le 17ème et des recommandations de l’Etat. Elle propose systématiquement 35 à 50% de PLS alors que les demandeurs représentent moins de 2% du contingent !!! Nous avons donc voté contre leurs voeux en la matière et ils ont voté contre les délibérations, même celles prévoyant des programmes avenue de Villiers, quartier de Levis ou des Batignolles.

La discussion a bien évidemment abordé la réunion avec Anne Hidalgo sur la révision du PLU pour l’aménagement de la ZAC Clichy-Batignolles et la pétition de la droite du 17e intitulée « Halte au massacre des Batignolles ». Cette pétition stigmatise volontairement le logement social en le présentant comme dangereux. J’ai personnellement signalé à la Maire du 17e les propos racistes et scandaleux que sa présentation mensongère avait incités sur le site de sa pétition. Auprès avoir prétendu que cela ne la regardait pas, elle a finalement fait enlever une partie des propos les plus litigieux sur son site. Mais il n’y a rien d’étonnant à voir les dérapages verbaux sur le site ou lors de la réunion avec Anne Hidalgo quand la droite du 17ème assimile en permanence dans ses discours logement social et délinquance.

Par ailleurs son texte est mensonger. Il parle de 10 tours de logements sociaux de 50 mètres. C’est faux ! La révision et le projet prévoient la possibilité d’atteindre effectivement 50 mètres pour certains bâtiments, maximum 6 et non 10. Le fait d’ouvrir cette possibilité aux architectes sur 6 parcelles ne veut pas dire que cela sera effectif au bout du compte. Par ailleurs, il est également mensonger de prétendre que cela concernerait du logement social, alors que rien n’est décidé en la matière et que l’on songe plutôt à du logement privé… Enfin le terme de « tours » est lui-même mensonger car 50 mètres représentent seulement 13 mètres de plus que le plafond actuel autorisé, et que le terme de tour est employé soit pour les bâtiments de très grande hauteur comme le TGI, soit pour des immeubles isolés.

Comparé le futur quartier de la ZAC Clichy-Batignolles à la banlieue est honteux, non seulement pour la stigmatisation de la banlieue, mais aussi parce que construire un quartier en plein coeur de Paris à proximité d’un parc de plus de 10 hectares, au milieu d’équipements publics de proximité, de commerces et de bureaux, et avec un réseau de transports, certes perfectible, mais dépassant de loin l’offre de transport en banlieue, et bien, cela n’a rien à voir avec l’urbanisme des années 70 isolant des quartiers entiers, sans compter la qualité architecturale d’aujourd’hui.

Je découvre dans la presse qu’en fait, le projet Clichy-Batignolles et la construction d’environ 3030 logements (et non plus 3500 comme le prétend encore la droite, et ce du fait de la venue du TGI), inquiéteraient les investisseurs et les propriétaires de biens fonciers pour la valeur de leurs biens, à cause de l’offre supplémentaire que cela implique. Il ne faudrait donc pas construire pour permettre le maintien des prix exorbitants du marché !!! et tanpis, pour toux ceux qui cherchent à se loger dans le public, dans le privé ou à acheter à des coûts raisonnables…. Et bien, je ne suis pas d’accord avec cette vision des choses !!!

Maintenant revenons à l’autre objet du scandale selon la droite du 17e : les 5% supplémentaires de logements sociaux sur la ZAC par rapport à l’accord initial de 2006 passé avec l’Etat et Monsieur de Villepin. En plus ce pourcentage ne s’applique pas sur le nombre de logements mais sur la surface du programme.

Et bien dans la réalité, ces 5% supplémentaires correspondent à une perte d’environ 100 logements.

Comment ?

Parce que l’on passe de 3500 logements dans le projet initial à 3030 aujourd’hui avec le TGI, soit 470 logements en moins. Et pour le logement social, on passe d’environ 1750 logements sociaux à environ 1650 aujourd’hui.

  • Alors, une proportion de 55% est à mettre en regard des 72% des Parisiens à pouvoir en bénéficier.
  • Alors, ces 1650 logements sont à mettre en regard des 6 000 demandeurs du 17ème.

Enfin, il ne faut pas oublier que ce programme de logements sociaux sera réparti à 20% de PLAI, 50% de PLUS et 30% de PLS dont vous avez plus haut les conditions de revenus demandés.

Et surtout, il ne faut oublier que sont compris dans ces chiffres la centaine de places en EPHAD public pour les personnes âgées ayant besoin de soins médicalisés, mais également les logements pour étudiants (500 en tout soit 15% du programme, ce qui est supérieur à la moyenne parisienne).

Il ne faut pas oublier non plus que la ville y prévoit 35% de logements familiaux de type T4 et plus pour permettre aux familles de rester dans Paris. La variété des types d’appartement, du studio aux plus grands appartements, se retrouveront dans chaque îlot et dans chaque immeuble. De même, l’équilibre général entre logements PLAI, PLUS et PLS se retrouvera également dans chaque îlot et chaque immeuble.

Et enfin, il ne faut pas oublier qu’il restera 45% de surfaces pour le logement privé. Dans cette partie-là, 15 à 20% seront réservés au logement locatif à loyer modéré (17,50 euros le m2, soit 20% de moins que le prix du marché) et directement à destination des classes moyennes supérieures. Il y aura également 25 à 30% d’accession à la propriété, et le reste ira aux investisseurs privés pour location « libre »…

Donc, il y aura un vrai équilibre dans ce futur quartier qui ne sera en rien un ghetto comme ose le prétendre la droite du 17ème.

12



Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA