La caisse des écoles en question

Il n’y a pas un conseil de Paris ou un conseil d’arrondissement où notre vision de la solidarité, de la justice sociale et de la politique n’a à subir les cris d’orfraie de la droite.

Ils s’obstinent dans leur politique d’obstruction de la mise en oeuvre de la nouvelle tarification des cantines votés par le Conseil de Paris. Elle est hors la loi car elle refuse d’appliquer une délibération pourtant exécutoire et ayant passé le contrôle de légalité du Préfet. Nombreuses sont les familles qui s’indignent de cette situation qui les met dans une position intenable, et qui fait peser sur elles une incertitude financière angoissante.

La droite se rengorge du fait que la requête en urgence pour faire suspendre la décision des maires de droite n’a pas abouti. Elle essaye de faire croire que le tribunal a pris une décision sur le fond du dossier. Le tribunal a seulement rejeté le caractère d’urgence demandé par la ville, ce qui ne préjuge en rien du jugement des requêtes au fond qui interviendra d’ici le 31 décembre 2010. Le tribunal a estimé que cette décision des maires de droite n’empêchait pas le service  public de restauration, et ne nuisait pas gravement et directement aux usagers de ce service public, c’est-à-dire aux familles. Le jugement précise que si les décisions des maires de droite devaient être jugées illégales par le juge administratif et que cela devait conduire à la réparation des préjudices subis de ce fait, cette possible condamnation n’est pas suffisante pour faire valoir l’urgence. Il faut donc encore attendre pour toutes ces familles modestes et moyennes qui pourtant auraient bien besoin de clarté et de tarifs plus justes.
La droite s’indigne des 5 euros demandés aux familles qui ont des revenus mensuels supérieurs à 6250 euros avec 1 enfant ou 7500 euros avec 2 enfants. Elle essaye de faire croire que celles-ci seraient des classes moyennes et martèlent aux familles que les classes moyennes paieront toutes 5 euros le repas. Or il s’agit bien de catégories aisées selon la définition de l’Observatoire des inégalités.

Ainsi, si l’on considère les revenus après impôts et prestations sociales (données 2006), on obtient les seuils suivants :

classesmoyennes.jpg

Source : Observatoire des inégalités, d’après Insee et Crédoc – données 2006

Ces données sont à comparer avec la nouvelle grille :
grilletarification.jpg

Enfin, quand on connaît le penchant « naturel » de la droite pour les catégories les plus aisées, voire les immensément riches (cf -> le bouclier fisca), tout cela n’est pas très étonnant.

Enfin, la droite a encore protesté contre le montant ( 97 549 euros) de la subvention contractuelle versée par la Ville à la Caisse des Ecoles du 17e. Cette subvention est versée en fonction d’un certain nombre de critères :  offres de vacances Arc en ciel sous conditions de ressources, aide au biologique, aide à la formation pour la mise en place de la réforme, aide aux petites caisses des écoles.

Or il se trouve que la mairie du 17e montre la plus extrême mauvaise volonté à offrir des séjours abordables aux enfants les plus modestes. Son adjointe a prétendu en conseil d’arrondissement que les séjours offerts par la Mairie du 17e étaient de meilleure qualité omettant un problème majeur : ils ne sont pas accessibles à ceux qui en auraient le plus besoin…

Quant la part de denrées biologiques servies dans le 17e, elle est réduite à la portion congrue…

Enfin, comment la mairie du 17e espérait-elle bénéficier du critère « aide à la formation pour la mise en place de la réforme » alors qu’elle refuse de mettre en place cette réforme ???

Enfin, elle oublie surtout de dire que cette subvention contractuelle ne représente qu’environ 4% de la subvention totale de la Ville aux caisses des écoles.

Je terminerai par le refus constant de la maire du 17e de nommer le représentant désigné par élus d’opposition pour les représenter à la caisse des écoles. Des bruits courent que l’adjointe aux affaires scolaires refuserait catégoriquement ma présence. La Maire du 17e serait bien embêtée… En effet, en mai 2008, la maire du 17e nous demandait de désigner notre représentant à la caisse des écoles. Fabienne Dupuij fut donc nommée par nous, et mes collègues m’ont choisie pour la remplacer à la Caisse des Ecoles lorsque Fabienne Dupuij a démissionné du conseil d’arrondissement pour raisons personnelles. Mme D’Orlando ne souhaite pas que l’on puisse avoir accès aux informations sur la gestion de la caisse des écoles. Comment peut-elle penser que son attitude ne prête pas à interrogations à force… ?

0 Réponses à “La caisse des écoles en question”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA