Pétitionnite aiguë: méfiez-vous

N’aimant ni les débats, ni la confrontation démocratiques, l’UMP du 17e s’est découvert un nouveau mode d’expression : la pétition. Autant ce mode d’expression est parfaitement légitime quand il est à l’initiative de citoyens ou qu’il aborde des sujets de société ou politiques de fond, autant il est peu crédible quand il sert simplement d’outil de marketing politique et de collecte de coordonnées.

Après avoir lancé une pétition mensongère sur l’aménagement des terrains Clichy-Batignolles, la maire du 17e renouvelle sa curieuse pratique politique sur le sujet de la propreté, et entraîne derrière elle les autres mairies UMP. J’ai certes peu d’estime pour cette pratique politicienne, mais ma foi, si c’est là leur conception… Non, ce qui me pose réellement problème, c’est qu’ils utilisent pour leur propagande politicienne les moyens de la collectivité parisienne, et notamment la dotation d’animation locale qui leur est octroyée par la ville, alors que cette dotation d’animation locale est « destinée à l’information des habitants de l’arrondissement, à la démocratie et à la vie locale, en particulier aux activités culturelles et aux interventions motivées par des travaux d’urgence présentant un caractère de dépenses de fonctionnement », et certainement pas à la propagande politique.

S’ils souhaitent pétitionner pour se constituer une base de données de contacts, grand bien leur en fasse, mais qu’ils le fassent sur leurs propres deniers et ceux de l’UMP.

Voilà pour la forme.

Sur le fond, une fois de plus, l’UMP parisienne démontre son irresponsabilité totale.

La ville de Paris a instauré le co-pilotage avec les mairies d’arrondissement de la gestion des services de propreté. Les maires d’arrondissement assurent un rôle de co-pilotage des missions de propreté, en  étant  pleinement associés au  diagnostic des besoins de nettoiement, à la définition des actions prioritaires à mener, notamment au signalement des « points noirs »  à la mobilisation des moyens existants, et une politique localisée de verbalisation. Dans ce partenariat, les mairies d’arrondissement sont censées les actions de prévention destinées à résorber les points de souillure récurrents. Les mairies ont également la responsabilité de la communication de proximité pour sensibiliser et mobiliser habitants et acteurs locaux, et bénéficient pour ce faire du soutien des services centraux et des opérations de communication de la Ville.

Or, qu’a fait la mairie du 17e ? C’est bien simple : rien !

Depuis le début de la mandature, la maire du 17e a fait le choix de se croiser les bras, elle critique souvent, que dis-je, elle critique toujours, mais ne fait rien. Malgré nos demandes récurrentes, elle s’obstine à ne pas relayer les campagnes de sensibilisation de la Ville et n’a mené aucune action sensibilisation de proximité au respect de l’espace public. Elle refuse d’assumer son rôle, elle se réfugie derrière son incompétence et menace régulièrement les services de privatisation…

En fait, à l’entendre, ce qu’il faudrait, c’est augmenter sans cesse les moyens affectés à la propreté, sans souci réel du bien public. Si on suivait sa logique, il faudrait dépenser toujours plus. Si on suivait sa logique, il faudrait presque envisager de mettre un agent derrière chaque habitant… C’est ridicule !

Ce qu’il faut avant tout, c’est responsabiliser. Ce ne sont pas les agents qui déposent cartons, bouteilles, sacs  et encombrants en vrac sur nos trottoirs. Ce ne sont pas les agents qui ne ramassent pas les déjections canines. Dans ma rue, rue Boursault, tous les jours ils passent et enlèvent ce que les habitants ont abandonné sur le trottoir. Il ne faut pas en général plus d’une heure pour que de nouveaux dépôts apparaissent. Il m’est arrivé plusieurs fois de faire des remarques à ceux que je voyais faire : j’ai eu droit à des insultes ou à des « oui-oui » gênés avant qu’ils ne poursuivent tranquillement leurs activités…

Pourtant il existe un service quotidien de collecte de nos poubelles (7/7 et 364/365 jours, 23000 bacs collectés chaque jour). Pourtant il existe un service gratuit de collecte des encombrants sur simple appel téléphonique ou réservation Internet. Pourtant il y a 2600 poubelles de rue. Pourtant il y a 385 agents, 22 engins de nettoiement et de ramassage des encombrants et 25 bennes de collecte affectées dans l’arrondissement chaque jour. Une profonde réorganisation des services a été entreprise pour renforcer les équipes de balayage et améliorer le système. Les équipes de verbalisation ont été renforcées. Des diagnostics poussés ont été réalisés. La Ville a mis en place dans chaque arrondissement les opérations coordonnées de nettoiement approfondi (10 par an dans le 17e). Malheureusement, en dehors de ces opérations, vous ne pourrez vous souvenir d’aucune campagne car il n’y en a pas eu. (La maire du 17e préfère dépenser son budget en produits marketing (sacs, stylos, tee-shirts, casquettes, banderoles au logo de la mairie du 17e…), tracts et pétitions… C’est tellement plus utile… pour elle… On s’étonne de ne pas avoir encore vu de produits à son effigie… On y viendra sans doute…)

Pour la seule collecte et le traitement des déchets, le coût complet à Paris s’élevait en 2009 à 138,6 euros par habitant et par an ; rapportés au 17e, cela ferait environ 23 millions d’euros par an…

Pétitionnite aiguë: méfiez-vous dans Mandat d'élu pdf Rapport annuel 2009 sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets à Paris

Alors certes, on peut toujours améliorer les choses – et il le faut – mais en réalité, c’est David contre Goliath. Si nous n’arrivons pas à faire comprendre à chacun que le meilleur moyen d’avoir un espace public agréable, c’est avant tout de le respecter et de ne pas le dégrader, ce sera une fuite en avant… et une exaspération quotidienne pour chacun de nous.
A découvrir sur le site de paris.fr

8 Réponses à “Pétitionnite aiguë: méfiez-vous”


  • Dailly Christian

    Bonjour,
    Merci de toutes ces précisions qui nous permettent de contrebalancer la désinformation continuelle exercée par la majorité municipale du 17ème.
    Que propose Brigitte Kuster ?
    Elle ne fait que proclamer que rien ne va et que rien n’est fait.
    Elle ne fait que « pétitionner », faisant, ainsi, l’aveu de son impuissance.
    Vous avez raison de dire que nous n’avons pas de leçons à recevoir de sa part.
    Vous avez raison de nous démontrer, que si la propreté est un véritable problème, ce problème doit être pris en compte par tous et que certains maires d’arrondissement, par volonté délibérément politique d’opposition systématique, ont leur part de responsabilité, dans la persistance de ce problème, en ne proposant pas, en délaissant et en ne prenant pas les mesures qui leur sont données pour y répondre.
    Merci, à vous, de considérer que ce soucis et cette envie de propreté dans la ville « traverse » beaucoup de parisiens, et qu’il mérite l’attention de tous et de la votre en particulier.
    Bien cordialement.

  • Madame,
    Sans vouloir polémiquer, il me semble que vous avez la mémoire un peu courte en ce qui concerne la gestion du conflit qui opposait encore en novembre dernier la Ville à ses agents de la propreté et qui nous a valu, dans le quartier de la Fourche, les promenades nocturnes de dizaines de rats.
    Quant aux équipes de verbalisation renforcées, je ne vois absolument pas de quoi vous parlez… Avez-vous des chiffres précis pour le 17ème et les horaires des tournées de vos agents à nous communiquer ? Je n’ai JAMAIS vu personne rue Dautancourt à 6 heures du matin. Par contre, les propriétaires de chiens indélicats sont bien au rendez-vous, eux.

  • Je vous remercie pour ces informations. J’habite dans un triangle de 3 dépôts d’ordures récurrents. J’en avais fait part oralement lors d’un conseil de quartier. Mais les conseils de quartier et la gestion de la propreté n’étant pas les points forts de la Mairie, je comprends mieux pourquoi rien n’a évolué depuis des années!
    Bien à vous.

  • 1 – pour ma part, je considère plus civique la pétition au blocage de transports, de services publics, etc., même si j’ai bien conscience que c’est malheureusement moins efficace.

    2 – si vous regardez bien le système de pétition, vous n’êtes absolument pas contraint de renseigner vos coordonnées … sauf l’adresse mail en guise de signature. Mais au fait, Madame Gachet, comment avez vous fait pour vous procurer mon adresse email afin de m’envoyer vos mails sans avoir la possibilité de me désinscrire ?

    3 – enfin pour le vrai sujet de la propreté, permettez moi de vous dire que la propreté du 17ème (comme celle d’autres arrondissements UMP comme vous dites) n’est certainement pas la priorité du Maire de Paris qui a, par exemple, plutôt arbitré pour le Vélib qui coûte, en fin de compte, très cher au contribuable parisien mais qui a le mérite d’être plus médiatique et générateur de votes que la propreté.

  • Tout a fait d’accord avec Isabelle ,aucune sensibilisation n’est faite pour que les gens soient au minimum pour leurs voisins , respectueux et propre ,quelques affiches sue le civisme seraient certainement plus efficace.
    Cordialement

  • @ clermont

    Bonjour Monsieur

    Naturellement puisque cela est votre souhait, je vous ai désinscrit de mes contacts sur le 17e. J’ai en général les contacts lorsque l’on m’envoie un mail où les destinataires sont laissés apparents. Comme j’utilise gmail, ceux-ci sont automatiquement ajoutés à mes contacts.
    Sinon, dire que le maire de Paris se désintéresse des arrondissements où il y a des maires de droite est parfaitement faux. Quand on est maire de Paris, on est maire de tout Paris. Ce que vous laissez entendre, c’est que l’on ne s’intéresse qu’à son électorat, ce qui expliquerait que dans le 17e, les quartiers populaires aient été laissés à l’abandon sous la droite. Peut-être pense-t-on ainsi à droite, mais certainement pas en ce qui concerne la majorité municipale parisienne actuelle. Les investissements de la ville dans le 17e en attestent.
    Enfin quant à la pétition en ligne, le nombre de signataires ne veut rien dire puisque la même personne peut signer sous plusieurs pseudos différents. Il en va autrement pour la pétition papier où sont bel et bien demandés, le nom-prénom, adresse et mail. Les pétitions ne peuvent être anonymes si elles veulent revendiquer une certaine valeur.

    Bien cordialement
    Isabelle Gachet

  • Madame,

    si vos arguments en défaveur de cette forme d’action sont légitimes et compréhensibles, si il est également vrai que le caractère « politicien » de l’action des maires UMP de Paris ne fait aucun doute et ne laisse personne dupe, si on peut éventuellement aussi s’offusquer du fait qu’ils utilisent des moyens publics pour la diffusion de cette pétition « privée » (mais l’est-elle réellement), il faut néanmoins reconnaître que le fond de ce débat est brûlant, que le besoin d’une refonte des services de propreté à Paris est urgentissime, que nos rues sont pourries et que cela fait bien trop longtemps que cela dure.

    Alors peu importe qui a fait et qui n’a pas fait, qui donne des moyens et qui n’en fait rien ! A vous écouter le seul tort revient aux maires UMP, à entendre ces derniers, évidemment, c’est à Mr Delanoë qu’incombe toute la faute. Nous pensez-vous aussi bête ? Ne comprenez vous pas que vous ne faites, vous et vos opposants politiques, qu’alimenter de vaines polémiques et que, pendant ce temps, les immondices s’empilent dans nos rues ? Comprenez-vous que les citoyens comme moi, même si j’ai mes convictions politiques (en l’occurrence plutôt proches des votre, voyez-vous), se foutent (j’utilise ce terme à dessein) totalement de savoir « c’est qui qu’a commencé » ?

    Vous ne me ferez pas croire que les maires UMP « ne font rien » tout comme je ne peux les croire entièrement quand ils m’expliquent que Mr Delanoë ne tiens aucun compte de leur arrondissement.

    Sur le fond du problème, voici ce que je pense :
    1) il est évident que l’incivisme (le mot est faible) de certains est une des cause fondamentale de l’état récurrent d’insalubrité de nos rues. J’habite à quelques rues de la votre et je peux témoigner de la même manière que vous de comportements de certains. Des dépots sauvages à l’usage anarchique des containers et des poubelles, il y a en effet beaucoup de pédagogie ET de répression à faire.
    2) Il est également flagrant que les services de nettoyage ne sont à la fois pas assez nombreux et pas assez compétents, ou a minima mal organisés. Les nettoyages des rues sont clairement insuffisants, en quantité comme en qualité. Combien de fois ai-je vu des poubelles sur les trottoirs y rester plusieurs heures, voir plusieurs jours, sans être ramassés ? Les passages de bennes sont trop tardifs, trop peu fréquents. Mais également, combien de fois m’est il arrivé de voir des balayeurs passer à coté de détritus sans les ramasser ? Combien de fois ai-je vu les éboueurs laisser par terre une bonne partie du contenu de la poubelle qu’ils venaient de vider ?

    Vous semblez dire que le matériel et les hommes sont là, pourtant les rues sont sales. Contradictoire non ? J’ai longtemps habité dans le 2e arrdt, dans un quartier très passant et très commerçant (rue Montorgueil) et JAMAIS je n’y ai vu autant d’immondices dans les rues. Alors quelle est la différence ? Les « gens » sont ils plus sales dans le 17e que dans le 2e ? Je ne peux y croire totalement. Ou simplement les services de propreté y sont il plus nombreux et/ou plus compétents ? Cela me parait plus probable.

    Que la faute de cette non/mauvaise organisation incombe à Mr Delanoë et ses équipes ou aux maires UMP des arrondissements concernés n’est pas le problèmes des citoyens ! S’il-vous-plait, arrêter de vous tirer bêtement dans les pattes, mettez-vous autour d’une table, réglez ce problème ! Une fois pour toute. Et pour nous.

    En attendant, j’ai signé cette pétition, qui donne au moins l’impression que notre ras-le-bol trouve un écho, c’est toujours ça de prit, ça fait du bien, même si je ne suis pas dupe.

  • Je reviens sur ce blog pour approuver Renaud qui a beaucoup mieux exprimé un sentiment que j’ai sans doute traduit avec trop de colère !

    Je rajouterais tout de même que s’il me semble bon de se confronter, en adulte, sur un modèle de société, le débat part trop souvent en vrille sur des considérations de cour de récréation où règne des lois certes vivantes mais très « enfantines ».

    Et pendant ce temps, nos rues se transforme parfois en taudis (je dois avoir gardé quelques photos)

Laisser un Commentaire




Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA