• Accueil
  • > Archives pour septembre 2008

Archive mensuelle de septembre 2008

Page 2 sur 2

Rififi aux Batignolles et aux Epinettes

Le festival du Rififi aux Batignolles, et aux Epinettes, s’est déroulé sur plusieurs jours et week-end du 11 au 15 septembre et lors des journées du patrimoine du 19 au 21 septembre.

Rififi 2008
Album : Rififi 2008
Le Festival du Rififi aux Batignolles a pour vocation première d’animer le quartier en organisant des manifestations artistiques, culturelles et festives. Il s’emploie par ce biais à créer des liens entre les différentes populations.
29 images
Voir l'album

Ici, quelques extraits d’une représentation du spectacle Verlaine et Mathilde présenté lors des journées du patrimoine, et qui a connu un grand succès.
http://www.dailymotion.com/video/k4g6zEC42SARvtMIcg

Pour ma part, j’ai apprécié à la fois la qualité du spectacle et le plaisir de découvrir les rues de mon quartier d’une autre manière, conviviale et culturelle.

Le Rififi se poursuivra du 12 septembre au 10 octobre 2008 avec un collectif d’artistes et performances et la nuit des arts plastiques du Rififi du 7 et 8 octobre 2008 avec des performances, quai de la gare Cardinet.

Tractage au marché d’Asnières

Samedi 20 septembre 2008 avec Jean-Marc, militant émérite

SA 20 sept 08
Album : SA 20 sept 08
Tractage au marché d'Asnières avec Jean-Marc
10 images
Voir l'album

http://www.dailymotion.com/video/kvF6uflnGFudG2M7sc

 

Résultat du jury du concours d’architecture pour le Conservatoire municipal

Le mardi 9 septembre 2008 s’est tenu le jury de concours d’architecture pour le futur conservatoire municipal du 220-222 boulevard de Courcelles, jury auquel je participais en tant qu’élue du 17e.

Le lauréat du concours a été BASALT Architecture (sarl). Outre ce dernier, l’équipe comprend Changement à Vue (eurl), scénographe, IMPEDANCE (SA), bureau d’études acoustique, et ID+ Ingénierie (SAS), bureau d’études techniques tous corps d’état et économiste de la construction.

Basalt Architecture a réalisé, en interne, les perspectives suivantes du futur projet :

La façade Nord Ouest

La façade Nord Ouest

La façade Sud Ouest

La façade Sud Ouest
Perspective du patio

Perspective du patio
Perspective principale
Perspective principale

Pour en savoir plus…

Sans-papiers en grève dans le 17e

J’étais ce midi à l’apéritif solidaire organisé tous les samedis par le collectif de soutien aux sans-papiers en grève du chantier de la crèche dans la cour de la mairie du 17e.

Depuis le 20 mai dernier, ces 12 salariés sont en grève. Malgré les actions répétées des habitants du quartier et des élus de gauche de l’arrondissement, 4 de ses travailleurs sont toujours dans l’incertitude la plus totale et n’ont reçu aucune convocation après 4 mois de mobilisation.

Il est totalement anormal que l’attente se prolonge autant. Elle aggrave la précarité de leur situation, mine leur moral, mais également fragilise l’entreprise qui les emploie. Le chantier a pris de fait énormément de retard, les pénalités très lourdes qui en découlent mettent en danger la survie de celle-ci.

J’ai écrit plusieurs fois au Préfet à ce sujet mais reste sans réponse.

La lenteur des régularisations et la position adoptée par la préfecture sont contraires aux engagements du Gouvernement pris au lendemain du 15 avril vis-à-vis de ses grévistes. Le Conseil de Paris s’est mobilisé à plusieurs reprises à ce sujet, et le Maire de Paris a non seulement écrit au Préfet mais également à M. Brice HORTEFEUX, Ministre de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire.

Ces salariés en grève à travers toute la France travaillent en général dans des secteurs en déficit de main d’oeuvre comme le bâtiment, la restauration et l’aide à la personne, même si la circulaire du 20 décembre 2007 qui émane du ministère de l’Immigration et du ministère des Finances ne tient pas compte de ces métiers. Ils exercent des emplois le plus souvent difficiles, ils paient leurs impôts et leurs cotisations à la sécurité sociale. Ils sont respectueux des lois et démontrent leur volonté de s’intégrer. La majorité des dossiers sont parfaitement recevables, et il n’y aucune raison légitime à faire traîner les procédures, et surtout aucune justice et équité à cela.

 

Inauguration ce soir de la 6ème édition du Rififi aux Batignolles

Beaucoup de monde était présent au théâtre de la Jonquière pour l’inauguration de cette 6ème édition du Rififi : des élus certes, mais surtout des associatifs, des habitants de nos quartiers, bénévoles, et des artistes formidables.

Un avant-goût de ce qui nous attend tout le week-end : des artistes peintres, des jeunes filles dansant la samba à l’hôpital Bretonneau (et oui le rififi s’étend même au 18ème), des comédiens amateurs nous racontant formidablement et avec beaucoup d’humour le petit monde d’une entreprise, une musicienne conteuse de vie, des artistes nous racontant Paris ou Ciudad Juarez, ville frontière du Mexique, un père séduit par les prétendants de ses filles, des jeunes femmes sur un banc charmant les passants, Phèdre et Bérénice, Verlaine et Mathilde, et puis Dartagnan à 10 heures du soir contant fleuret à l’angle de la rue de La Jonquière et de la rue Emile Level… et j’allais oublier Nono Le Clown, figure emblématique de notre quartier, qui animait la soirée avec sa joie de vivre communicative… et surtout Agnès Pannier, la présidente infatigable du Rififi qui coordonne une équipe enthousiaste.

Vraiment il ne faut manquer cela sous aucun prétexte : la culture en bas de chez nous, la convivialité et le partage. Il faut absolument soutenir ces initiatives, ces énergies et ces talents. Année après année, le Rififi devient un moment incontournable et attendu. Tout ce travail mérite bien le succès qu’il rencontre.

Après avoir été bénévole par le passé au Rififi, et aujourd’hui nouvellement élue,  je suis particulièrement fière que la Ville de Paris ait fait le choix d’augmenter son soutien à cette association d’habitants qui sait mobiliser autant autour d’elle ! C’est par le soutien à la vie associative locale que l’on remet un peu de lien social et de culture au coeur de vies souvent trop pressées et si peu attentives à l’autre.

Alors tous à vos programmes : il y en a pour tous les goûts !

http://www.durififiauxbatignolles.com/

Une nouvelle école dans le 17e

La nouvelle école relais située 120-124 rue de Saussure a ouvert deux classes en la rentrée 2008. Cette école provisoire a en tout une capacité de 6 six classes et elle possède un logement de fonction pour le gardien. Mme Anne Van de Port, en charge de l’école, est également la directrice de l’école maternelle de Pisan, tout proche.

L’école ouvrira ses classes au fur et à mesure des besoins lors des prochaines rentrées. Provisoire, elle est destinée à moyen terme à se transformer en d’autres équipements publics lorsque le programme Clichy-Batignolles sera arrivé à son terme et que l’ensemble des équipements  scolaires seront livrés (voir article correspondant).

La construction de cet établissement a nécessité un investissement de 4 216 010 € TTC et a suivi un cahier des charges environnemental strict lui permettant de respecter le Plan Climat, voté par le Conseil de Paris.

 

Vide grenier des Batignolles

L’association Les Macaqs organise cette année encore leur traditionnel vide grenier qui se déroulera sur deux jours les 27 et 28 septembre dans la rue Brochant, sur la Place Charles Fillion et du Docteur Félix Lobligeois. Encore un moment de convivialité et d’échanges.
Pour plus d’information : http://macaq.org/

Rentrée difficile

Une fois n’est pas coutume, dit-on ?

Pourtant années après années, la rentrée est difficile pour les familles. Non seulement, elles doivent faire face à la baisse de leur pouvoir d’achat, mais en plus elles doivent supporter de plein fouet la politique désastreuse de Messieurs Sarkozy et Darcos.

Au collège et au lycée, ce sont près de 80 000 emplois qui ont été supprimés en six ans. Une nouvelle hémorragie de 12 000 postes est prévue cette année. Dans le 17ème, ce sont plusieurs parents d’élève qui ont appris à la dernière minute que leur enfant ne pourrait être accueilli dans une école publique. En catastrophe, ils doivent se rabattre sur une école privée : un comble ! Il manquerait environ 150 places dans les lycées publiques pour les élèves passant de 3ème en 2nde. Sans compter toutes les familles, n’ayant pu obtenir satisfaction quant au lycée qu’ils avaient choisi, ils ont préféré également aller dans le privé. Mais la droite a certainement obtenu l’effet qu’elle escomptait. Dévaloriser l’école publique pour favoriser l’école privée : un combat séculaire pour elle !

A l’école élémentaire et maternelle, la démographie augmente de fait les besoins. Il manque au moins 2 000 postes qui permettraient de maintenir des effectifs raisonnables par classe. Dans de nombreuses écoles du 17ème, les parents et les enseignants déplorent des effectifs toujours plus croissants. Les conditions de scolarité deviennent de plus en plus pénibles tant pour les élèves que pour les enseignants.

La nouvelle organisation du temps de travail obligent les familles les plus modestes à trouver le samedi et le mercredi des solutions alternatives, souvent coûteuses pour leur budget déjà bien atteint par ailleurs. Naturellement, elles vont se tourner naturellement une fois de plus vers les collectivités pour pallier les manquements de l’Etat. Malheureusement, ces dernières se trouvent souvent démunies face aux responsabilités toujours plus nombreuses que l’Etat lui abandonne sans contrepartie financière.

Sur le plan éducatif, comment peut-on croire un seul instant que les enfants pourront tirer des bénéfices de moins d’heures de cours, contractées sur un temps plus court et plus fatiguant pour eux, et ce dans des classes surchargées qui approchent des 30 élèves par classe ? Pour les enfants le plus en difficultés, on propose de compenser ces handicaps supplémentaires par deux heures de cours, en dehors du temps scolaire et séparés de leurs petits camarades. Au moins, comme cela, on sera certain qu’ils comprennent bien qu’ils sont différents des autres. Plus on apprend jeune, mieux on s’y résigne sans doute !

Grand succès également de la suppression de la carte scolaire : les ségrégations sociales se développent au grand jour et sans entraves… dans notre arrondissement comme ailleurs…

Décidément oui, la rentrée est difficile.
 

12



Amours mauvaises |
Gueyo, dynamique de dévelop... |
Camp Laïque |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Duque / Duc / Duke --- Dom ...
| ennaji
| PANDA